Signaler

Poème voyage [Résolu]

Posez votre question Anonyme - Dernière réponse le 27 janv. 2011 à 14:48 par Anonyme
Poème voyage

Utile
+2
plus moins
Beau poème, Mimi. Merci de ton invitation. Liberté Tel un cheval sauvage, Galopant avec rage, La crinière au vent Libre et fervent Personne de l'enfermera Ni ne le domptera Il aime l'aventure Son abri est la nature.

Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Donnez votre avis
Utile
+1
plus moins
Correction : Liberté Tel un cheval sauvage, Galopant avec rage, La crinière au vent Libre et fervent Personne ne l'enfermera Ni ne le domptera Il aime l'aventure Son abri est la nature.

Donnez votre avis
Utile
+1
plus moins
Je reconnais bien là, notre petite Mimi chérie !!!! Quelles jolies phrases, quel poeme merveilleux, on en redemande encore et encore !!! Merci pour cette question!

Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Coucou tout le monde !! je me contente d'écouter DESIRLESS et son VOYAGE..... VOYAGE Années 80, des tubes légendaire, !!!

Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Sur le thème du voyage, il y a bien sûr le sublime poème de Mallarmé "Brise marine", un de mes poèmes préférés : La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres. Fuir ! là-bas fuir! Je sens que des oiseaux sont ivres D'être parmi l'écume inconnue et les cieux ! Rien, ni les vieux jardins reflétés par les yeux Ne retiendra ce coeur qui dans la mer se trempe Ô nuits ! ni la clarté déserte de ma lampe Sur le vide papier que la blancheur défend Et ni la jeune femme allaitant son enfant. Je partirai ! Steamer balançant ta mâture, Lève l'ancre pour une exotique nature ! Un Ennui, désolé par les cruels espoirs, Croit encore à l'adieu suprême des mouchoirs ! Et, peut-être, les mâts, invitant les orages, Sont-ils de ceux qu'un vent penche sur les naufrages Perdus, sans mâts, sans mâts, ni fertiles îlots ... Mais, ô mon coeur, entends le chant des matelots !
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
"Souvent pour s'amuser, les hommes d'équipage, prennent des Albatros, vastes oiseaux des mers qui suivent , indolents compagnons de voyage, le Navire glissant sur les gouffres des mers"........... Baudelaire, Extrait des Fleurs du Mal (L'albatros)
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Simple rappel...Le merveilleux poème de Joachim Du Bellay :

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l’air marin la doulceur angevine.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Et moi si vous le permettez , je dirais "Les paradis blancs " M.Berger . C'est tout un poème et une invitation à voyager .
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
NON JACQUES !! "le paradis blanc" !!!! c'est triste , c'est la fin d'une VIE !!!!
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Je retrouve aujourd'hui le Copains d'Avant que j'avais trouvé au moment où je me suis inscrit.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Tu as raison YVES, un peu de calme et de sérénité.....

Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bravo ! c' est superbe tous vos poêmes les copains-copines!
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Quel plaisir de lire tous vos beaux poèmes. Mais il est vrai que le PARADIS BLANC dont Jacques fait référence me touche profondément, il est une finitude en soin quelle merveille!! J'en connais chaque mot, chaque intonation, bravo Michel tu nous manques tellement.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Par dessus les nuages, je t'emmène en voyage, des orages, ne crains rien, tout ira bien, si tu me tiens la main, avec toi je partirai visiter les étoiles de tout l'univers, et gràce à l'amour et à la tendresse, je ne connaitrais plus l'enfer, je veux t'ouvrir la porte du jardin du bonheur, là où seront bannies toutes les larmes, toutes les peurs, voyager avec toi dans la vie, connaître le gout du bonheur à l'infini, c'est le voyage dont je rêve le plus dans mon coeur, car près de toi, je sais que sur mes joues ne couleront plus de pleurs, voyager sans avoir peur des lendemains, connaitre la douceur pour effacer tous mes chagrins, emmène moi dans tes rêves les plus fous, et je t'aimerai d'un amour au delà de tout, prends ma main et serres là très fort dans la tienne, et tout notre amour et notre tendresse seront des pures merveilles. *********************************************************************************** petit poême de ma composition sur l'invitation de dom que je remercie sincèrement de m'avoir permis d'exprimer ce que je ressens au plus profond de mon coeur. pour celui qui partage ma vie.

Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Anne-Marie je sais que tu beaucoup de coeur ! Très joli ce poème .André
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
voyageurs! astre voyageur, hôte qui nous arrives Des profondeurs du ciel et qu’on n’attendait pas, Où vas-tu ? Quel dessein pousse vers nous tes pas ? Toi qui vogues au large en cette mer sans rives, Sur ta route, aussi loin que ton regard atteint, N’as-tu vu comme ici que douleurs et misères ? Dans ces mondes épars, dis ! avons-nous des frères ? T’ont-ils chargé pour nous de leur salut lointain ? Ah ! quand tu reviendras, peut-être de la terre L’homme aura disparu. Du fond de ce séjour Si son œil ne doit pas contempler ton retour, Si ce globe épuisé s’est éteint solitaire, Dans l’espace infini poursuivant ton chemin, Du moins jette au passage, astre errant et rapide, Un regard de pitié sur le théâtre vide De tant de maux soufferts et du labeur humain. Louise Ackermann, Poésies Philosophiques
Donnez votre avis
Utile
+1
plus moins
voyager au printemps sans soucis ,comme à vingt ans
en emportant ,juste le nécessaire, prendre une bouffée d'oxygène
le matériel c'est secondaire,la vie est éphémère
s'assoir sur le sable,admirer la beauté
d'un coucher de soleil se serrer l'un contre l'autre
,profitez des moments magiques
ce bonheur là n'a pas de prix
demain peut être,la maladie risque de nous séparer
sans nous laisser le temps d'en avoir profiter!!
tu es le seul homme à qui je me suis donné
sans te tromper pendant 42 années!!
nous partirons je le souhaite après t'avoir
soulager ,de tes deux anévrismes qui ce sont invités
sans se présenter!nous gagnerons la bataille
sans faille !!!le sac à dos t'attends sous un soleil levant!!
toi tu es un battant !!! mon amour !!
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Il est très beau yoyo ton poème et me touche du plus profond de mon être, profites encore et encore des instants uniques avec ton amour éternel, et qu'il en existe encore de telsmoments si intenses, mon Dieu faites qu'ils sortent vainqueurs , ils le méritent, bisous à ma tite yoyo, à qui je pense beaucoup et à son cher mari !
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Mi Bonzon, j'aime beaucoup ton poème, le voyage la liberté, je vois les choses ainsi comme toi et je trouve ce que tu dis très fort et très beau, j'adhère à 100 % merci de partager !
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
merci ma ptite véro !!prépare ton sac à dos ,la ballade à plusieurs !!ce sera un pure bonheur!!!grosses bises!
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !