Signaler

Je cherche le texte de deux sonnets de José Maria de Hérédia. [Résolu]

Posez votre question Anonyme - Dernière réponse le 22 nov. 2010 à 18:04 par Anonyme
De La Trébia, je me souviens seulement de la dernière strophe Dans "Après Canne", (L'Aufide a débordé, trop plein de morts et d'armes) j'ai beaucoup de trous entre le 1er et le dernier vers. L'un ou l'une de vous peut-il (elle) m'écrire les textes de ces deux poèmes ?
Afficher la suite 
Utile
+2
plus moins
Bonjour, voici Après Cannes : Un des consuls tué, l’autre fuit vers Linterne Ou Venuse. L’Aufide a débordé, trop plein De morts et d’armes. La foudre au Capitolin Tombe, le bronze sue et le ciel rouge est terne. En vain le Grand Pontife a fait un lectisterne Et consulté deux fois l’oracle sibyllin ; D’un long sanglot l’aïeul, la veuve, l’orphelin Emplissent Rome en deuil que la terreur consterne. Et chaque soir la foule allait aux aqueducs, Plèbe, esclaves, enfants, femmes, vieillards caducs Et tout ce que vomit Subure et l’ergastule ; Tous anxieux de voir surgir, au dos vermeil Des monts Sabins où luit l’œil sanglant du soleil, Le Chef borgne monté sur l’éléphant Gétule. Et la Trebbia : L’aube d’un jour sinistre a blanchi les hauteurs. Le camp s’éveille. En bas roule et gronde le fleuve Où l’escadron léger des Numides s’abreuve. Partout sonne l’appel clair des buccinateurs. Car malgré Scipion, les augures menteurs, La Trebbia débordée, et qu’il vente et qu’il pleuve, Sempronius Consul, fier de sa gloire neuve, A fait lever la hache et marcher les licteurs. Rougissant le ciel noir de flamboîments lugubres, À l’horizon, brûlaient les villages Insubres ; On entendait au loin barrir un éléphant. Et là-bas, sous le pont, adossé contre une arche, Hannibal écoutait, pensif et triomphant, Le piétinement sourd des légions en marche. Bonne journée !
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
ah ! déjà répondu... Quant à moi, j'ai un livre sur tous les poèmes de Hérédia "Les Conquérants", s'il vous intéresse, je vous l'envoie avec plaisir.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Merci à toutes les deux
Donnez votre avis
Utile
+1
plus moins
José-Maria de HEREDIA (1842-1905) La Trebbia L'aube d'un jour sinistre a blanchi les hauteurs. Le camp s'éveille. En bas roule et gronde le fleuve Où l'escadron léger des Numides s'abreuve. Partout sonne l'appel clair des buccinateurs. Car malgré Scipion, les augures menteurs, La Trebbia débordée, et qu'il vente et qu'il pleuve, Sempronius Consul, fier de sa gloire neuve, A fait lever la hache et marcher les licteurs. Rougissant le ciel noir de flamboiements lugubres, A l'horizon, brûlaient les villages Insubres ; On entendait au loin barrir un éléphant. Et là-bas, sous le pont, adossé contre une arche, Hannibal écoutait, pensif et triomphant, Le piétinement sourd des légions en marche
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bonjour à toutes! (car, bien sur, pas un homme pour répondre...) J'ai fait un retour arrière de 50 ans en vous lisant... Pas spécialement réjouissant, mais tant pis. Voilà. Celà m'a rappelé mon prof de Français-Litérature. Un homme qui m'a bien marqué. Très fort comme psy et comme pédagogue, car faire lire, apprendre et plus fort; déclamer! des sonnets, odes et autres écrits de grands classiques à des "blousons noirs" de la banlieue N-E de Paris, il fallait le faire. Entre nous, je suis persuadé que nous étions tous ou presque fiers de notre petit savoir, de notre ambryon de culture. Mais qui a continué à lire des classiques et de grands poètes, allez savoir? Merci Monsieur Stendel. Très sincèrement, croyez-le bien. Quant à J. M. de Hérédia, j'ai un vague souvenir de l'Eldorado que je ne sais plus qui recherchait. Un cinéma de se nom se trouvait Bd Sébastopol, si je ne me trompe, et un vers de ce poême y était écrit en lettres dorées... Mais je suppose que tout ça n'interèsse que moi et n'apporte pas grand chose au pot du savoir. Si! Puisque je vous ai là, rappelez-moi les paroles (j'ai la musique) du sonnet d'Harvey (j'écris ça comme le nom du lapin... Merci de -me- corriger si besoin est) car bien que blousons noirs, graines de violence, et plus encore!, il y avait toujours une amourette déçue, que nous croyions éternelle, bien sur, et une bonne dose de romantisme dans chacun. Ca me rappelle un film de Pierre Etaix, "le soupirant", ou le gars s'allonge sur une toile qu'un peintre de Montmartre a laisser glisser sur le gazon de la butte et le Sacré-Coeur se retrouve sur le dos du blouson noir du gars. Pas très clair si on n'a pas vu, mais j'étais plié lorsque j'ai vu ce film plein de poésie, comme tout ce qu'a fait P. Etaix. Fort, le mec; il est revenu à la poésie! Je parle de moi, là. Voilà pour ce soir car j'ai bien abusé et je vous remercie de m'avoir lu. Cordiales salutations. La photo, c'est vu de ma fenêtre. Pas artistique du tout, mais c'est l'ile de Sein que l'on voit à l'horison. Quant au temps, le linge dehors un 16 novembre...

Donnez votre avis
Utile
+1
plus moins
Bonjour à toutes! (car, bien sur, pas un homme pour répondre...) J'ai fait un retour arrière de 50 ans en vous lisant... Pas spécialement réjouissant, mais tant pis. Voilà. Celà m'a rappelé mon prof de Français-Litérature. Un homme qui m'a bien marqué. Très fort comme psy et comme pédagogue, car faire lire, apprendre et plus fort; déclamer! des sonnets, odes et autres écrits de grands classiques à des "blousons noirs" de la banlieue N-E de Paris, il fallait le faire. Entre nous, je suis persuadé que nous étions tous ou presque fiers de notre petit savoir, de notre ambryon de culture. Mais qui a continué à lire des classiques et de grands poètes, allez savoir? Merci Monsieur Stendel. Très sincèrement, croyez-le bien. Quant à J. M. de Hérédia, j'ai un vague souvenir de l'Eldorado que je ne sais plus qui recherchait. Un cinéma de se nom se trouvait Bd Sébastopol, si je ne me trompe, et un vers de ce poême y était écrit en lettres dorées... Mais je suppose que tout ça n'interèsse que moi et n'apporte pas grand chose au pot du savoir. Si! Puisque je vous ai là, rappelez-moi les paroles (j'ai la musique) du sonnet d'Harvey (j'écris ça comme le nom du lapin... Merci de -me- corriger si besoin est) car bien que blousons noirs, graines de violence, et plus encore!, il y avait toujours une amourette déçue, que nous croyions éternelle, bien sur, et une bonne dose de romantisme dans chacun. Ca me rappelle un film de Pierre Etaix, "le soupirant", ou le gars s'allonge sur une toile qu'un peintre de Montmartre a laisser glisser sur le gazon de la butte et le Sacré-Coeur se retrouve sur le dos du blouson noir du gars. Pas très clair si on n'a pas vu, mais j'étais plié lorsque j'ai vu ce film plein de poésie, comme tout ce qu'a fait P. Etaix. Fort, le mec; il est revenu à la poésie! Je parle de moi, là. Voilà pour ce soir car j'ai bien abusé et je vous remercie de m'avoir lu. Cordiales salutations. La photo, c'est vu de ma fenêtre. Pas artistique du tout, mais c'est l'ile de Sein que l'on voit à l'horison. Quant au temps, le linge dehors un 16 novembre...

Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Ca meuble tout de suite, de cliquer 2 fois sur "valider"! Avec des fautes (de petite frape) en plus! Et une autre photo "de ma fenetre", un peu plus dans le romantisme.

Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Pour visionner la photo, tournez votre écran de 90 ° dans le sens des aiguilles d'une montre (pas à critaux liquides...). Désolé.

Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Oui mais lesquels? j'en connais plusieurs..... renee
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Il existe un super site pour rechercher des poésies oubliées, à partir d'un titre, d'un mot , d'un auteur ! je te note l'adresse du site ! http://www.moncahier.com/poemes/ Bonne chance !

Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
La Trebbia L'Aube d'un jour sinistre a blanchi les hauteurs. Le camp s'éveille. En bas roule et gronde le fleuve Où l'escadron léger des Numides s'abreuve. Partout sonne l'appel clair des buccinateurs. Car malgré Scipion, les augures menteurs, La Trebbia débordée, et qu'il vente et qu'il pleuve, Sempronius Consul, fier de sa gloire neuve, A fait lever la hache et marcher les licteurs. Rougissant le ciel noir des flamboiments lugubres, A l'horizon, brulaient les villages insubres ; On entendait au loin barrir un éléphant. Et là-bas, sous le pont, adossé contre une arche, Hannibal écoutait, pensif et triomphant, Le piétinement sourd des légions en marche. (pour + info google/ jose-maria de heredia wikipea/textes de poesies) salut, Céline.
Donnez votre avis
Utile
+1
plus moins
Merci à tous ! quel festival! J-M de H. est-il toujours au programme ??? quant au sonnet d'ARVERS: voici le début : "Mon âme a son secret , ma vie a son mystère"...
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Il y 118 sonnets - lesquels cherchez vous ? merci Google... bonne recherche.
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Je cherchais La Trebbia et Après Canne. Grâce à plusieurs internautes, j'ai eu la réponse à ma recherche. Merci à tous ! Simone

Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !