Signaler

Comment se faire un nom quand on est un auteur inconnu ? [Résolu/Fermé]

Posez votre question ecritur 7Messages postés vendredi 6 mai 2011Date d'inscription 22 juillet 2011 Dernière intervention - Dernière réponse le 5 mars 2012 à 21:58 par EstEllE
Bonjour, pourquoi les grands éditeurs sont-ils aussi sectaire avec les nx auteurs. Comment se faire un nom lorsqu'on en a pas déja un? Auteur d'un tapuscrit, une aventure très mouvementée, sentimentalo-policière de 450 pages, rédigée au présent à la manière d'un reportage où le lecteur se trouve embarqué dans le sillage du narrateur, refusée par 6 maisons d'éditions l'année dernière et pourtant très appréciée par un panel de personnes peu enclines à tout esprit de flagornerie à mon égard.
Afficher la suite 
Utile
+1
plus moins
Il est vrai qu'il ne suffit pas d'écrire pour être reconnu , il semble que les grandes maisons d'éditions préfére éditer des personnes de renoms plutôt qu'un inconnu .J'ai écrit et fait éditer à grands frais un ouvrage qui trouve auprés des personnes que j'ai moi même contacter un bon succès . Mon ouvrage " Les Enfants de la Guerre " relate le passage d'une famille du milieu rural au milieu citadin pendant le conflit de 1939-1945 , de la joie à la tristesse , de l'angoisse à la peur puis l'espoir de retrouver une vie plus calme dans le village natal. Raconter par un jeune garçon ce récit plus vrai que nature ne laisse pas indifférent et nous montre comment certaines personnes ont traverser cette épreuve.
Donc soyons patients , un jour peut être?
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Utile
+0
plus moins
Merci de votre message, mais il ne m'avance guère dans ma recherche d'explications. Je n'ai hélas pas les moyens de financer une édition à compte d'auteur. Bonne continuation et encore merci d'avoir répondu. A. C
Utile
+1
plus moins
Vous soulignez justement ce qu'il y a d'insupportable à voir de grands éditeurs publier des livres médiocres, dont le seul nom de l'auteur suffit à assurer la promotion et la vente. Hélas, c'est ainsi, les maisons d'édition sont aussi des entreprises, et il faut faire avec.
Maintenant, votre question a quelque chose d'étonnant. Se faire un nom en littérature est-il un but en soi? Je considère plutôt qu'il s'agit, au fil des oeuvres, de trouver son lectorat, et pour avoir un lectorat, il faut être... publié. Je vous parle d'expérience: à ce jour, trois manuscrits m'ont été refusés, pour des raisons que je n'ai identifiées qu'avec le recul. Ces textes ne méritaient tout simplement pas d'être publiés. Si l'on veut aborder l'épreuve cruelle du comité de lecture quand on est inconnu et qu'on ne possède aucun contact dans le milieu de l'édition, il faut travailler, travailler encore, et lire beaucoup. Je vous conseillerais donc, si vous le permettez, de prendre votre mal en patience, et de démarcher d'autres maisons d'édition. Au bout de dix ou quinze(éventuels) refus, il faudra alors reprendre votre texte, ou passer à autre chose. Il est extrêmement difficile d'être juge de ce qu'on écrit, le risque étant de confondre ce qu'on a voulu mettre dans le texte et ce qui s'y trouve effectivement.
Ne renoncez pas si l'écriture est importante pour vous. Je croise les doigts pour votre futur succès.

PS: un excellent site bourré d'informations pour démarcher les éditeurs: l'oie plate.
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Utile
+0
plus moins
Monsieur Albert K, je vous remercie de votre réponse ainsi que de vos informations mais je vous précise qu'une trentaine de personnes; pas vraiment disposées à me brosser dans le sens du poil, ont lu mon manuscrit... pardon, tapuscrit et ont été captivées par ces pages. D'où mon acharnement à persévérer d'autant que cette aventure mi policière mi sentimentale est partiellement autobiographique. J'ai pris bonne note du site l'oie plate et vous en remercie vivement. Sincères salutations. A.C
linter_Albert K 14Messages postés samedi 17 juin 2006Date d'inscription 27 août 2011 Dernière intervention - 14 mai 2011 à 20:34
Si vous le souhaitez , je suis tout à fait disposé à vous lire. Je vous donnerai mon avis, en toute franchise (avis qui n'aura rien d'un oracle !) . Vous pouvez me faire parvenir quelques chapitres au format PDF à l'adresse suivante: Adresse supprimée par la modération (pas d'e-mail sur le forum, merci).
Au plaisir de faire connaissance avec votre texte.
Bien à vous.
Utile
+1
plus moins
Bonjour Mr Albert K.
Je vous remercie de votre proposition de lecture, à laquelle je ne vois aucun inconvénient. Mais à la suite de la remarque d'une personne du quatrème grand prix des Nouveaux Auteurs Femme Actuelle auquel j'ai postulé, je suis en train de remanier mon texte pour le rendre plus "posé". Pas assez posé étant le terme employé pour me signifier qu'ils n'avaient lu que le résumé de 750 signes (espaces et virgules compris) pour le rejeter. Conçu à la manière d'un reportage au présent, où le lecteur est amené à suivre le personnage principal, qui n'est pas le héros, mais à qui il arrive des mésaventures mouvementées. Je n'ai pas la prétention d'avoir rédigé un best-seller, mais simplement essayé de faire passer un agréable moment à des lecteurs potentiels... à la condition d'être édité. Dès que j'aurais terminé je vous ferais parvenir quelques chapitres piochés ça et là. N'étant pas très doué avec un ordinateur, pouvez-vous me dire ce qu'est un format PDF. Encore mille merci de votre attention. A Carriere, dit Erreirac.
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Phil- 2 juin 2011 à 14:58
Bonjour,

Quelle merveilleuse aventure que l'écriture. Surtout lorsque la chance vous sourit. Je viens d'être édité aux Editions Bénévent. Un premier livre qui j'espère ne sera pas le dernier. Ce qu'il faut, c'est de la patience, de la persévérance, un zeste de culot pour tenter l'aventure mais surtout cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage.
Quand j'ai envoyé le manuscrit, j'ai reçu un premier avis favorable quelques jours après son envoi par courriel, et avant de recevoir l'avis définitif du comité de lecture. C'était déjà un signe que le livre n'était pas si nul. Et pourtant, je l'ai encore travaillé entre la signature du contrat et le bon à tirer. Je voulais qu'il soit parfait. Bien que la perfection n'existe pas. Comme je l'ai dit : "cent fois, sur le métier, remettez votre ouvrage." La chance finira par vous sourire.
ecritur 7Messages postés vendredi 6 mai 2011Date d'inscription 22 juillet 2011 Dernière intervention - 4 juin 2011 à 09:53
Bonjour Phil,

Je vous remercie de votre mail, c'est effectivement très épanouissant d'écrire, en tous cas en ce qui me concerne ça me défoule. Mon tapuscrit a aussi été accepté par les Editions Bénévent en 2010, mais je n'ai aucunement les moyens d'investir près de quatre mille euros pour le faire éditer chez eux.
Sincères Salutations, amicalement A.C
Utile
+0
plus moins
@ Phil
Sans préjuger de la valeur de votre manuscrit, je reste dubitatif... Les éditeurs dont vous parlez publient à compte d'auteur. La chance n'a que peu de rapport avec votre "publication". Renseignez-vous, vous découvrirez que ces pseudo-éditeurs seraient capables de trouver des qualités littéraires à un mode d'emploi, pourvu que l'auteur lâche une somme conséquente.
Bonne route tout de même...
Utile
+1
plus moins
Je suis allée sur le site des Editions Jets d'Encre et vous pouvez envoyer votre manuscrit et ils répondent vite. ( enfin avec moi en tout cas ^^ )
Enfin bref, j'ai envoyé un texte non structuré afin qu'ils le terminent pour moi ( voir sur le site ) et ils ont accepté de me publier.
J'étais hyper contente jusqu'à ce que je vois le prix exorbitant qu'il m'ont demandé...
Depuis, je me dis que je vais attendre d'être plus âgée pour pouvoir peut-être plus tard payer.
PS : j'ai 15 ans donc ne vous découragez pas ^^
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !