"La littérature, c'est une affaire entendue, est du chagrin dominé par la g

- 5 mars 2010 à 14:02 - Dernière réponse :  Utilisateur anonyme
- 1 févr. 2011 à 21:02
La citation est de Jean d'Ormesson, dans "Qu'ai-je donc fait", paru en octobre 2008.
Afficher la suite 

Votre réponse

18 réponses

Meilleure réponse
- 6 mars 2010 à 07:33
3
Merci
La lecture est un grand moment de bonheur ou de tristesse tout dépend ,ou la vie de tous les jours disparait. Quel joie d'avoir un moment à soit et de se plonger dans ses pages et de ne plus être au moment présent. Que de livres dévorés depuis mon enfance...

Merci Utilisateur anonyme 3

Avec quelques mots c'est encore mieux Ajouter un commentaire

Linternaute a aidé 74 internautes ce mois-ci

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 6 mars 2010 à 16:44
0
Merci
la littérature, c est le pur bonheur, le moyen de voyager, sans sortir de chez soi,de vivre plusieurs vies, d oublier ses peines, et quel enrichissement , de vocabulaire, d orthographe, et personnel...il fdaut donner le gout de la lecture a nos enfants, c est le plus bel heritage qui soit...nicole
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 6 mars 2010 à 17:03
0
Merci
J'ai écrit quelque part dans mes cahiers de citations une autre phrase de Angelo Rinaldi qui dit la même chose " le roman est une dépression nerveuse dominée par la syntaxe (ou grammaire) Je trouve cela juste car finalement on écrit pour évacuer et conjurer en quelque sorte une souffrance ( la souffrance pouvant être d'ailleurs positive comme la passion amoureuse) et les journaux intimes en sont un témoignage ! Combien de poètes (Lamartine, Hugo et bien d'autres ) l'illustrent ! Mais je pense que le mot est surtout un exutoire pour faire resurgir notre inconscient à condition de débrider notre langage écrit comme l'ont fait les surréalistes (Breton,Eluard ...) avec l'écriture dite automatique ! Il y a un lien de toutes façon évident entre le mot et le mal et il suffit de relire "des mots pour le dire" merveilleux écrit de Marie Cardinal pour en être persuadé ! On peut guérir grâce à l'écriture j'en suis persuadée même si moi-même ne parviens pas à mettre encore des mots sur du vécu qui m'a fait souffrir !
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 6 mars 2010 à 22:36
0
Merci
on ne s'ennuie pas lorsque nous sommes plongés dans la lecture. Lire cultive, nous permets l'évasion.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 7 mars 2010 à 09:29
0
Merci
Du chagrin, ou bien des sentiments, qu'on vit, ressent, comprend mieux dans la littérature que dans la vie quotidienne. Je ne vois pas cette citation comme exclusivement négative. La grammaire donne une forme, permet de mieux s'exprimer, sans ambigûité (désolée, je ne trouve pas l'orthographe exacte, je n'ai pas assez lu dans ma vie, sans doute !) de sens. Alors, vive le chagrin et longue vie à la grammaire.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 7 mars 2010 à 09:32
0
Merci
Je suis d'accord avec Dani. En aucune manière la lecture ne peut être considérée comme du chagrin. La grammaire et la conjugaison sont des outils merveilleux qui nous permettent, dans la mesure où elles sont maîtrisées, le pouvoir d'accéder à des domaines fabuleux. Et ceci est, pour moi, une affaire entendue...
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 7 mars 2010 à 10:30
0
Merci
la grammaire est peut-être "du chagrin" pour quelques uns, mais nécessaire de toute façon lorsqu'on écrit un roman, un documentaire, ou tout autre ouvrage littéraire et même lorsqu'on lit...Il est regrettable, à notre époque, que les jeunes n'y soient plus aussi "appliqués"....Mais avoir un bon roman entre les mains permet effectivement de s'évader. Avoir un documentaire permet de s'instruire.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 7 mars 2010 à 12:53
0
Merci
Ce n'est qu'un aphorisme et comme tout aphorisme, il ne contient qu'un peu de vérité.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 7 mars 2010 à 13:19
0
Merci
Je rajouterais également que si la LITTERATURE est descendue de son piedestal, nous allons dans le mur à coup sûr. Quand nous voyons ce qui est publié AUJOURD'HUI, c'est globalement du "tirage vers le bas"...
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 7 mars 2010 à 18:40
0
Merci
j'aime beaucoup JEAN D'ORMESSON- je n'ai rien lu de lui, mais lorsque je l'entends parler à la télé , je suis éblouie par sa simplicité-et la beauté de ses yeux- il est merveilleux- la littérature est pour moi, enfin a été, un sujet d'évasion- maintenant , je préfère les biographies- la vie superbe de ces gens intelligents me fascine!
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 7 mars 2010 à 18:45
0
Merci
Une affaire n'est entendue que par ceux qui souhaitent qu'il en soit ainsi...Pour moi la littérature est un choix de style qui a plus à voir avec la technique qu'avec le sens des maux(...) qui nous chagrinent! La grammaire permet à l'individu d'interprêter le texte quel qui soit...L'écriture ne tire jamais vers le bas son auteur puisqu'il se contente de sa hauteur. A chacun de choisir la marche qui lui convient!
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 7 mars 2010 à 19:17
0
Merci
Oui, la littérature est du chagrin, parce qu'elle existe pour combler un manque du lecteur, et de l'écrivain. L'écrivain écrit parce qu'il a besoin de dire des choses, quand bien même est-ce dans un but de "distraction". le lecteur cherche quelque chose, une autre vision, un autre monde, une autre vision du monde, quelque chose qu'il ne sait pas, qu'il ne connaît pas, même s'il cherche uniquement à se distraire, il le fait par les livres, parce que les autres moyens de distraction ne lui conviennent pas. Ce chagrin est dominé, apprivoisé par la grammaire, l'outil qui permet d'agencer les mots pour qu'ils puissent produire un sens, du sens, leur sens. Oui, c'est une affaire entendue, mais peut-être plus par ceux qui écrivent (par besoin) que par ceux qui lisent (par distraction)... A part ça, ils sont souvent chiants les livres de Jean d'O...
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 7 mars 2010 à 21:06
0
Merci
Daccord en partie seulement. Car c'est seulement quand le chagrin est dominé qu'on a assez de recul pour écrire. On ne peut en même temps vivre ses émotions et les transcrire.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 9 mars 2010 à 09:04
0
Merci
bonjour,je suis d'accord avec vous,je viens de publier mon premier ouvrage et j'éspére que je ne dois pas attendre ma mort pour que je sois célébre
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 9 mars 2010 à 10:03
0
Merci
Le chagrin et la grammaire dans les rôles du fond et de la forme en quelque sorte... le chagrin est le fond soit parce qu'il s'agit d'évênements tragiques ou douloureux soit parce qu'il s'agit du bonheur, mais que ce bonheur est perdu au moment ou l'auteur écrit... et la forme ('est à dire l'écriture, la grammaire) c'est la tentative d'exorciser ce chagrin, de retrouver, de recréer le paradis perdu !... Oui pas mal du tout cette formule, mais est-ce définitivement une affaire entendue ? c'est là que j'aurais un doute.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 9 mars 2010 à 11:33
0
Merci
Qu'est-ce donc que la littérature entendu, outil de tant d’attention ou de dérision ? Doit-on appeler littérature tout ce qui s' écrit en ouvrages, sous le nom de textes religieux, d’ ouvrages philosophiques ou de romans dominé par la syntaxe ? La grammaire est un dispositif prodigieux, lorsque elle est cultivée d’un style impartial par le rédacteur, produisant un décryptage propre au lecteur. La conception du chagrin dans les écrits évolue au regard de la sensibilité intime du lecteur, de son existence personnel et de la construction grammatical de l’auteur. La rédaction d’une œuvre parachevé par une grammatical ajusté, oriente indubitablement l’interprétation du lecteur. Jean d’Ormesson a le grand mérite d’estimer Chateaubriand, mais chateaubriand ne détenait incontestablement pas la même interprétation du chagrin par la syntaxe.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 24 avril 2010 à 11:02
0
Merci
Peut-on ou doit-on prendre le volan d une voiture sans permis ? La grammaire est le permis qui permet de rentrer dans ses magnifiques quartiers de la littérature sans crainte de faire un accident de sens Mais cet outille ne suffit pas pas;il faut le bon reflex pour toute erreurs Puis l aisance dans dans la conduite n est pas donnée à tout le le monde Quel plaisir de voyager avec un Monsieur qui connait son métier ( d auteur ) allié à une àme sensible un coeur vibrant Il vous fait vivre l''Aventure Humaine
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
- 1 févr. 2011 à 21:02
0
Merci
bonjour, Les meilleurs écrivains sont ceux qui donnent une bonne claque à la grammaire. Et puis, sans une bonne idée, un bon conflit, de bons personnages, que peut bien faire la grammaire...
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme