A FREDDY

Signaler
-
 Utilisateur anonyme -
Ton visage revient quelquefois par un vent Mais glacial et crachin et parfois trop violent , Il me reste si peu de tes rires meurtris , Il ne reste de toi que si peu mon ami .... Sur tes joues parfumées d'agonie juvénile , Il y avait ce refrain de patrie malhabile , Si elle était venu , un peu plus , bien plus loin , Si elle était venu embrasser ton chagrin. Il pleut demain d'un châle de rosée , Il pleut matin et j'en ai la nausée , Il pleut soleil errant la liberté , Il pleut , il pleut j'ai peut être pleuré ....... Ton visage revient souvent avec le temps , comme larme d'étoiles un jour au firmament , Tu y es surement la haut dans l'infini , au milieu de leurs rires et de ton paradis

3 réponses


Bonjour. Je m'étonne que votre poème n'ait pas suscité plus de réactions. Il le mériterait pourtant. Quant à moi, sachez que je l'ai apprécié !

bonsoir Christian je vous remercie d'apprécier ce que j'ai écris , je ne suscite pas de réaction mais voyez vous peu m'importe .l'essentiel est que moi j'aime ce que je fais et s'il y a des gens qui aiment aussi alors tant mieux sinon tempis. Si j'ai pu faire plaisir a quelqu'un ,je suis heureuse de cela et aurait apporté quelque chose . J'écris depuis trés longtemps et je n'arrèterai pas pour autant . On ne peut pas plaire à tout le monde ,se plaire a soi même est bien plus difficile sans le regard d'autrui. Je vous souhaite une bonne soirée , amicalement , aurore

Je pense que vous avez la bonne attitude, Aurore. On écrit en effet d'abord pour soi-même. Cela étant, ce sera toujours un plaisir de vous lire. Bonne continuation poétique !