A moi (quand je persifflais)

- - Dernière réponse :  Utilisateur anonyme - 3 sept. 2010 à 07:36
Toi qui prétends donner, par-dessus les rancoeurs, Peux-tu donc pardonner sans faire saigner les cœurs. Quand tu joues les disputes peux-tu donc oublier Qu’il y a dans les luttes le gong du sablier. Ton esprit qui divague étincelle dans l’errance ; Il fait beaucoup de vagues, essaime l’indifférence. Tu rêves avec tes mots et croîs dans les combats Comme font tous les gémeaux qui renaissent du trépas. Dans l’écrit tu jubiles mais dans les cris tu siffles Et dans l’amer servile tu peux donner des gifles. Si la rime te l’impose tu l’arrimes à la fleur Qui pour l’heurt est la rose avec toutes ses épines. Si mes mots vous déplaisent, ils font, las, mon bonheur Peut-être l’antithèse mise au concours Lépine.
Afficher la suite 

Votre réponse

2 réponses

0
Merci
Je rêvais avec des mots, Je m'inventais un monde, Oû il faisait beau, Où les marques sur ma peau, N'étaient celles du roseau.... J'étais, je suis pur gémeaux! J'ai pardonné à beaucoup de rancoeur; Le sang n'était que dans mon coeur; Le gong du sablier a sonné, J'ai soixante ans, tu sais; Mon esprit a toujours divagué Pour d'autres, il était félé Mais maintenant je sais Que ce n'était pas vrai. Encore merci Antoine
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme