Qui se souvient d'un genre appelé "roman rose" ?

Utilisateur anonyme - 25 févr. 2011 à 09:32 - Dernière réponse :  Ysis
- 20 mai 2011 à 14:09
Ce genre littéraire qui a fleuri au début du 20ème siècle avec des auteurs comme Berthe Bernage, Delly, Claude Jaunière, Magali, Elisabeth Bontemps,... et qui a ensuite été fort décrié parce que trop "fleur bleue", a pourtant été le vecteur de culture. Ces romans, sous couvert d'une mignone histoire d'amour bien romantique, permettaient aux lecteurs n'ayant pu bénéficier d'études approfondies de découvrir des régions, des coutumes et des pays qu'ils n'auraient jamais la possibilité de connaître. Eh oui, ces romans à l'eau de rose nécessitaient des mois de recherches en biblitohèque, de documentation sur la faune, la flore, l'histoire, la géographie des lieux où se déroulaient ces bluettes. L'important était moins l'histoire d'amour que toute l'information qui était transmise à cause de l'histoire d'amour. Le mépris accordé à ce genre littéraire par une certaine élite a fait que les auteurs français se sont lassés de cette mission de culture des moins favorisés et ont laissé la place aux traductions américaines qui ne respectent plus de nos jours la même déontologie. Je regrette profondément que "l'intellectualisme" ait mis fin à ce type de littérature.
Afficher la suite 

Votre réponse

3 réponses

Utilisateur anonyme - 25 févr. 2011 à 15:40
+1
Utile
Je me souviens avoir pris beaucoup de plaisir à lire La lune d'or de Delly, dont une grande partie se passe au Mexique. Personnellement, je n'ai rien contre les romans sentimentaux s'ils sont bien écrits, avec une intrigue suffisamment élaborée qui ne se limite pas aux échanges amoureux, de toute nature. Barbara Cartland, c'est vraiment très léger, et un peu toujours la même chose... J'ai lu récemment Orgueil et préjugés de Jane Austen, acceptée par la critique bien pensante parce qu'elle dépeint sans complaisance la société bourgeoise oisive du 18ième siècle... Je ne vois pas que cette oeuvre soit si différente des romans à l'eau de rose de nos grands-mères ! Il est intéressant de constater dans les librairies que les auteurs sentimentaux contemporains sont essentiellement anglo-saxons. Savez-vous, par exemple,que les éditions Harlequin ne publient que des romans écrits en anglais au départ !
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 26 févr. 2011 à 18:00
0
Utile
Je me souviens très bien des romans roses ou romans à l'eau de rose pour avoir vu ma maman en faire une large consommation. Delly bien sûr... et une grande préférence pour Max du Veuzit. Et, à vrai dire, dans la seconde moitié du 20e siècle, ce type de littérature était déjà tellement décriée dans nos écoles bien pensantes que j'étais un peu gênée de la voir prendre plaisir à lire ces livres... Et je n'en ai jamais lu... sauf Berthe Bernage dont la lecture, allez savoir pourquoi, était tolérée et même recommandée aux jeunes filles...

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Utile
Bonjour, je me souviens très bien de ces romans que j'ai dévoré adolescente et
qui m'ont permis de développer mon imagination et d'enrichir mon vocabulaire.
Je ne lisais pas beaucoup avec ces romans je suis devenue une lectrice assidue
et j'ai par la suite élargi mon champ de lecture. Mon seul regret c'est quand partant vivre dans un pays lointain je n'ai pu les emporter. J'en ai acheté quelques uns en librairie vers les années 1885/1990 et cette fois-ci je les ai
emportés dans ma valise. Ils évoquent pour moi un art de vivre un peu désuet mais comme je suis une romantique cela me correspond.
Cordialement,

Nostalgie
Commenter la réponse de Ysis