Quel rapport avec A.Rimbaud ,

-
quel rapport avec A. Rimbaud ,
Afficher la suite 

Votre réponse

4 réponses

0
Merci
Oui, mais précisez votre question?
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
Je faisais un rapport avec les réponses L'ALBATROS ET LES FLEURS DU MAL qui me semblent etre de Baudelaire.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
Oui, c'est bien de Beaudelaire : souvent pour s'amuser les hommes déquipages prenaient un albatros. L'albatros ne peut s'envoler que d'en haut d'une falaise et sur le bateau il est gauche et prisonnier, Baudelaire fait allusion à un jeu qui perturbe cet animal. Les fleurs du mal je l'ai lu il y a longtemps mais si vous voulez des renseignements sur ces auteurs pourqoui ne pas aller sur internet : vous aurez leur vie, le noms de leurs écrits etc. Bonne lecture.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
Il y trois poèmes"L'albatros" L'Albatros Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, Qui suivent, indolents compagnons de voyage, Le navire glissant sur les gouffres amers. A peine les ont-ils déposés sur les planches, Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux, Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches Comme des avirons traîner à côté d'eux. Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule! Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid! L'un agace son bec avec un brûle-gueule, L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait! Le Poète est semblable au prince des nuées Qui hante la tempête et se rit de l'archer; Exilé sur le sol au milieu des huées, Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Baudelaire, Les Fleurs du mal et l'autre "l'albatros" L'albatros Dans l' immense largeur du capricorne au pôle le vent beugle, rugit, siffle, râle et miaule, et bondit à travers l' Atlantique tout blanc de bave furieuse. Il se rue, éraflant l' eau blême qu' il pourchasse et dissipe en buées ; il mord, déchire, arrache et tranche les nuées par tronçons convulsifs où saigne un brusque éclair ; il saisit, enveloppe et culbute dans l' air un tournoiement confus d' aigres cris et de plumes qu' il secoue et qu' il traîne aux crêtes des écumes, et, martelant le front massif des cachalots, mêle à ses hurlements leurs monstrueux sanglots. Seul, le roi de l' espace et des mers sans rivages vole contre l' assaut des rafales sauvages. D' un trait puissant et sûr, sans hâte ni retard, l' oeil dardé par delà le livide brouillard, de ses ailes de fer rigidement tendues il fend le tourbillon des rauques étendues, et, tranquille au milieu de l' épouvantement, vient, passe, et disparaît majestueusement. Charles-Marie LECONTE DE LISLE Le troisième, si mes souvenirs sont bons est de José Maria de HEREDIA (les conquérants)
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme