Signaler

Tout Peut Arriver Même Les Meilleures Choses [Résolu]

Posez votre question Michel3410 2Messages postés mercredi 10 avril 2013Date d'inscription 19 avril 2013 Dernière intervention - Dernière réponse le 19 avril 2013 à 23:22 par Michel3410
Bonjour, je voulais vous faire part de mon premier roman publié aux éditions du net dont le titre est " Tout Peut Arriver Même Les Meilleures Choses"

ROMAN ÉCRIT POUR LES FEMMES À L'ESPRIT CURIEUX

Dans ce récit j'ai essayé de mettre en évidence le lien entre les personnages qui se sont illustrées ou qui ont simplement vécu cette guerre de 39 / 45, et les années 80. Certains n'y verront que l'histoire de Jeanne Curlin à la recherche de son identité et des raisons mystérieuses qui la conduise vers sa destinée. D'autres, plus subtiles, découvriront peut-être ce que je veux dire.
1981 a été une année charnière puisque c'est la fin des années 70. C'est surtout un changement radical dans la cinquième république. Nous sommes passés d'un gouvernement rigide à un gouvernement socialiste dont le président était un ancien résistant. D'autres personnages de la résistance occupaient eux aussi, à cette époque, des postes clefs, que ce soit dans l'administration ou en tant que chef d'entreprise.
Ce n'est pas non plus une histoire politique mais simplement le tournant décisif d'une importante masse salariale composée d'hommes et de femmes qui ont commencé à entrevoir le fait qu'ils n'étaient pas dans l'obligation, comme leurs parents, de rester toute leur vie dans une même entreprise. Bien évidemment, le chômage a aussi augmenté cette perspective. C'est donc derrière cette facilité de lecture du roman que se cache cette réalité.
Une histoire pleine de rebondissements dans laquelle on retrouve la majorité des problèmes de société


L'infertilité du couple
Les secrets de famille
La routine ouvrière
Le racisme
L'adultère, la jalousie
La dépression
L'alcoolisme
L'homosexualité
Le mensonge
La bêtise
le célibat des prêtres
Sont autant de choses abordées dans ce premier roman, les premières lectrices auxquelles j'ai vendu ce roman sont ravies, sur le site des éditions du net vous pourrez lire le résumé ainsi qu'un extrait
Afficher la suite 
Utile
+0
plus moins
Voici un extrait de ce premier roman

Jeanne marchait d'un pas rapide, craignant, comme d'habitude, d'être en retard. Elle devait être à l'usine de confection à 7 heures 50, le temps pour elle d'enfiler sa blouse et de mettre ses chaussures de sécurité. Bien qu'elle était en avance, cela n'empêchait pas le stress de lui nouer l'estomac. C'était la fin de l'automne 1980 et une brume épaisse couvrait le quartier. Six ans déjà qu'elle faisait le même trajet pour se rendre à son travail. Employée dans cette entreprise de Roubaix, depuis l'âge de vingt trois ans, elle espérait bien en sortir un jour. Elle arriva devant le grand portail, une grande enseigne indiquait :
ATELIERS DE CONFECTION H. DURAND

Il y avait là, quelques-unes de ses collègues de travail. Un léger bonjour sortit de ses jolies lèvres sur lesquelles elle n'avait pas mis de couleur rouge depuis longtemps. Dommage, car Jeanne était une femme charmante d'un mètre soixante quinze, les cheveux châtain clair et ondulés, de beaux yeux bleus.
Son père, John Curlin, Anglais immigré, mécanicien automobile, était arrivé en France en 1945. Année où il rencontra la femme de sa vie. Atteint d'une leucémie, il succomba, suite à un arrêt cardiaque, en 1968 ; il avait quarante neuf ans.
Sa mère, Aurore, Française, infirmière, ayant du mal à supporter cette tragique disparition, augmenta dangereusement sa consommation de cigarettes. Âgée de quarante huit ans, elle disparut à son tour, terrassée par un cancer du poumon un peu avant Noël de l'année 1969. Jeanne avait dix huit ans.
Celle-ci, très affectée par ces deux drames successifs, était passée de la joie de vivre à la mélancolie. La crainte que la maladie ne soit héréditaire était devenue son fardeau. La dépression s'était installée et lui avait imposé de prendre un lourd traitement médicamenteux pendant plusieurs années.
Elle traversa la cour puis entra dans les vestiaires qui n'avaient pas changé en six ans. Toujours les mêmes couleurs, le même éclairage des tubes fluorescents. Elle regarda un instant le lieu et se mit en tenue de travail en tentant d'oublier cette monotonie. Après avoir passé sa carte de présence dans la pointeuse, Jeanne se dirigea vers le sas orné de deux portes battantes en polycarbonate souple.
Traversant l'atelier de couture, elle orienta son regard vers le sol pour ne pas voir les fenêtres des bureaux qui surplombaient ce même atelier. Elle ne voulait pas croiser le regard de son chef. Celui-ci aimait user de sa supériorité hiérarchique. Enfin, elle prit place à sa machine à coudre pour continuer le travail entamé la veille. La minute suivante, toutes ses collègues firent de même. À 8 heures précises, la sirène d'embauche résonna. Alors, inexorablement, commença le bruit habituel des machines.
Christian Girard, les mains dans les poches de sa blouse bleue, descendit l'escalier qui reliait les bureaux à l'atelier. Ce petit chef, si redouté par Jeanne, ne tarda pas à se diriger vers elle qui se demandait ce qu'il allait encore lui reprocher. Arrivé à proximité, celui-ci bifurqua vers une de ses collègues, Françoise. C'était là son petit jeu habituel. Monsieur Girard tâtonnait le tissu que Françoise cousait tout en regardant Jeanne qui feignait de ne pas l'apercevoir. Ce petit tyran, la cinquantaine, une paire de lunettes à large monture et les cheveux bruns tirés en arrière, l'avait prise en grippe depuis qu'il était arrivé à ce poste trois ans auparavant. Pourtant, Jeanne, si méticuleuse et ponctuelle, évitait tout lien avec un quelconque syndicat. Jamais, elle n'aurait osé réclamer quoi que ce soit à la direction. Qu'avait-elle bien pu faire pour subir un tel harcèlement ? Après l'avoir épié pendant deux bonnes minutes, Mr Girard arriva près de Jeanne dont le pouls accélérait. Le tortionnaire sortit de sa poche un morceau de tissu avec un motif en forme de fleur que Jeanne reconnut.
C'était un motif cousu d'une série faite la semaine précédente, ce tissu devait servir à la fabrication de blouses pour des cantines scolaires. Sans même lui dire bonjour, monsieur Girard interrompit Jeanne dans son travail, en posant sa grosse main velue sur la sienne et en lui montrant le morceau de tissu.
-- Dis donc ! Tu as vu le défaut qu'il y a à cet endroit ? demanda-t-il froidement et d'un ton sévère.
Jeanne leva la tête de sa machine à coudre, elle regarda le tissu et parla d'une voix tremblante :
-- Oui, mais ce n'est pas moi qui l'ai cousu.
-- Évidemment, ce n'est jamais toi, et en plus, tu pourrais me dire bonjour. Tu crois que parce que tu es ici depuis six ans tu ne fais pas d'erreur ? Jeanne poursuivit :
-- je n'ai jamais dit ça, mais ce tissu, ce n'est pas moi qui l'ai cousu, j'aurais vu le défaut.
Jeanne ressentait une moiteur lui gagner le dos, confuse, elle blêmit. Ses yeux devinrent humides. Lui, silencieux, ne cessait de la dévisager comme s'il la désirait. Il voulait la posséder, l'écraser, la soumettre, lui montrer qui était le maître. Cette brute chercha ensuite à lui faire mal en lui pressant la main contre le plan de travail, ceci, bien entendu, à l'insu des autres ouvrières. Jeanne n'osa pas gémir et se contenta de larmoyer en se mordant la lèvre inférieure. Malgré sa terreur, elle supplia :
-- Si c'est moi qui l'ai fait, ça ne se reproduira plus.
-- Tu m'as déjà dit ça le mois dernier. reprit, en retirant sa main , le sinistre personnage à l'haleine nauséabonde.
Puis, comme pour s'adresser à une assemblée. Il éleva la voix pour que les ouvrières proches de la scène puissent bien entendre et assister à cette humiliation :
-- Bien sûr ! Jeanne Curlin ne fait jamais d'erreur. Elle doit toujours faire mieux. se retournant vers elle, il ajouta :
-- Eh bien il va peut-être falloir que tu t'y mettes !
Il posa ensuite le bout de tissu incriminé sur la machine à coudre en lui assénant :
-- Tiens ! tu colleras ça sur ta machine ! Comme ça, tu penseras peut-être à faire attention.
Jouissif, Mr Girard s'éloigna, fier de son coup. Jeanne était abasourdie, désemparée elle se retenait pour ne pas s'effondrer en larmes. Pourquoi elle et sitôt le matin ? Quelle était la raison de cet acharnement ? Ce misérable chef avait encore trouvé un prétexte parmi tant d'autres. Jeanne sécha ses pleurs du mieux qu'elle put avec la paume de ses mains avant de reprendre son travail. Elle espérait que ce persécuteur ne la dérange plus de la journée, ni de la semaine.
Combien de temps s'écoulerait avant que ce chef cynique ne revienne à la charge ? Une heure passa et Jeanne put s'évader grâce à son imagination. Elle nourrissait des projets tout en admettant, que malheureusement, ils n'aboutiraient jamais. Notre petite ouvrière ignorait malgré cela qu'elle allait bientôt être en partie comblée, et ce, de manière inattendue.
Elle rêvait de voyager dans différents pays, passer des vacances dans une autre région. Acheter une petite maison à la campagne pour s'éloigner de cette banlieue de Roubaix, là où elle vivait avec son concubin dans un pavillon de location. Paul Guérin, que tout le monde appelait Paulo, de taille moyenne, les cheveux bruns, le crâne dégarni, les yeux plissés comme un myope cherchant à identifier ce qu'il voit. Cet homme, qu'elle avait rencontré peu de temps après le décès de ses parents, et dont elle n'était pas follement amoureuse, travaillait dans une usine de chaussures à quelques kilomètres de là. Il possédait une formation de carrossier et avait exercé d'ailleurs dans ce domaine, puis, subitement ! Il avait changé de direction au cours de l'année 1973, sans que Jeanne n'ait le droit à une quelconque explication. Se contentant de cette vie simple et sans risque, il refusait le mariage. Quand Paul était de régulière, il passait au bistrot après sa journée de labeur. Il y rencontrait ses copains de boulot et ensemble, ils refaisaient le monde, discutant de politique et de leur vie familiale.
Celui-ci reprochait à Jeanne de ne pas tomber enceinte, alors que lui- même n'avait jamais voulu passer de tests de fertilité. Au fond, ça l'arrangeait, bien incapable d'assurer une paternité.
Né d'une fille-mère restée célibataire, il avait des circonstances atténuantes, lui qui n'avait jamais connu son père ni vu sa mère en compagnie d'un homme.
D'ailleurs, quel homme aurait voulu de cette femme, pas très belle, négligée, et s'embarrasser de l'enfant d'un autre ? Paul, depuis quelques années, avait tendance à boire, tout comme sa mère. Jeanne n'en comprenait pas la raison. Était-il si malheureux de ne pouvoir être père de famille ou avait-il simplement hérité de ce défaut maternel ?
Jeanne, de son côté, s'était faite examiner. Avec joie et tristesse partagée, apprenant qu'elle était féconde, elle avait décidé de ne rien dire à Paul de peur que celui-ci se culpabilise.
Elle rêvait d'une vie avec des enfants qu'elle pourrait éduquer de façon à ce qu'ils ne tombent pas dans le piège de ces usines qui vous enferment dans la routine et la monotonie. Curieuse, elle lisait quelques auteurs classiques et des magazines traitant de différents sujets.
Paul ne comprenait pas que l'on puisse passer autant de temps à se cultiver et s'instruire.
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !