Mon grain de sel !

Signaler
-
 Utilisateur anonyme -
O race( ! )Tu défais, au grand jour, ta cuirasse
Et perds les repères qu'ont tissé tous nos pères .
Bon nombre de penseurs aujourd'hui s'exaspèrent
En voyant le niveau de l'épaisse mélasse.

Bien sûr, chacun a voix au chapitre du Su
Et peut donc étaler sa douce confiture.
Mais pourquoi cuisiner ces plats et ces mixtures
Qui ne laissent à voir que peine et déçus.

Le passé nous servit d'innombrables arcanes
Où l'ésotérisme camouflait l'intention.
Aujourd'hui nos pensums livrés sans punition
En spontanéité vomissent leurs chicanes.

Faut-il donc espérer puiser dans notre histoire
De bien meilleurs projets à défendre sans fard.
Est-il enfin venu ce temps de la fanfare
Où cessent les bretteurs d'aimer les champs de foire.

Le crapaud averti ne sait plus conseiller
Car sa bave crachée a dopé l'ingénue.
Etrangère au brocard la belle dans ses nues
Ne sent que le parfum qui la tient éveillée.

Elle n'a pour seule foi que les mots de son coeur
Et fait de l'amitié son unique credo.
Trouvant l'ataraxie dans cet Eldorado
Elle convie tous ses pairs à fuir les arnaqueurs.

Sa posture nouvelle est faite de parades
Qui telle un torero esquive les assauts.
Et sans être parjure elle surprend tous ces sots
Qui remettent du sel sur leurs fades charades.

8 réponses


quel grain de sel?

BRAVO LE POETE!!!!!!

Il s'agit d'un avis pour dauber les excès qui fusent parfois sur les sites Internet!
...car ils ne savent pas ce qu'ils font ( ?!)

Voici sur tous les fronts la bataille qui fait rage.
Dieu, que c'est fatiguant si l'on veut perdurer,
De devoir s'aligner dans des rangs bien trop sages
Et de faire à la guise d'agréables simagrées ( !)

Je n'ai pas l'ambition de devenir stratège,
Ni d'écrire mes pensées dans un code sibyllin,
Je crains d'échouer vite à ce lassant manège
Pour tenter d'échapper à des yeux aquilins.

Nonobstant, le plus sage semblerait d'adopter
Le style bucolique des poètes charmants.
C'est pour cette variante qu'il me faudra opter,
Mais j'y ajouterai une pincée de piment.

Quand je serai lassée de cette félonie,
Ne pouvant m'empêcher de lancer des pamphlets,
J'assènerai des flèches au parfum d'ironie,
Et tant pis si la faux s'acharne pour tout rafler ( !)

Catherine Friedel-Monnery

Bravo Catherine (!) J'ai publié ce texte suite à votre désappointement lors du départ de Hamid, avec les interrogations qui vont naturellement dans la foulée (!) Amical salut (!) mais vous avez raison, restons centrés sur ce qui amuse sainement (!)

Merci Antoine (!) Avez-vous remarqué ? Il me semble qu'il y a de plus en plus de public sur le site. Après la traversée du désert, l'oasis ?

gros fin iodé fluoré gris ou en fleur j'aime le sel.

Oui Catherine j'ai remarqué et c'est tant mieux (!) Patience et longueur de temps....... Amical salut(!)