Bonsoir, ma cousine

Signaler
-
 Utilisateur anonyme -
Que me vaut ce silence peaufiné savamment Qui donne tout son sens à mon questionnement. Je compose pour vous de pieux vers sirupeux Où tout mon être avoue qu’il se retient si peu. Avez-vous déjà eu un tel correspondant Qui décline sa revue comme un jeune prétendant. Amie, le jeu est beau comme jouer de la flûte Ou gonfler son jabot en grattant sur son luth. Une bonne réplique consiste à m’envoyer Quelques mots de supplique pour me faire larmoyer. Alors dans le grandiose je ferai que l’échange Transcende la symbiose en éternelle vie d’ange. A vrai dire, si le style de telle correspondance Vous donne de la bile, prenez donc de l’aisance Pour me faire, sur le champ, découvrir un exil Dont je ferai le chant, au tout prochain avril.

1 réponse


Quelques gouttes de rosée sur les pétales d'une rose .... vous préférez en faire une photo, une peinture ou un poême ???