Petite mise au point. N'est-ce point de mise ?

Signaler
-
 Utilisateur anonyme -
Permettez, Maestro, que l’une des six reines Vous prie, au nom des autres, sous forme de poème, De vous pencher vers nous, si ce n’est trop de peine, Pour indiquer comment vous voulez qu’on vous aime. Faut-il vous adorer comme l’idole suprême, Faut-il se contenter de vos allures hautaines, Et garder le silence par crainte d’anathème, Singeant la soumission à vos grâces souveraines ( ?) Ne vous offusquez pas, ce n’est pas un blasphème. J’endosse par avance le courroux et la déveine, Mais ose croire en la clémence de votre barème. Il faut bien que quelqu’un se dévoue, serve d’antenne, Pour vous dire notre joie en cette fin de carême, De retrouver vos vers, à condition certaine, Que vous souffriez aussi bien tant qui vous aime, Que qui vous désapprouve et le signale sans haine.

4 réponses


Aimez de tout votre coeur Sans gêne, ni peur Sachez que le mien est limpide Et n'est aucunement cupide Est trompeuse l'apparence Et le coeur n'est que romance Vibrant à l'unisson Quand il est atteint par la flèche de Cupidon.

bonsoir votre question nous ouvre les portes de la poésie.MERCI Madame FRIEDEL !

Vous n'avez pas répondu?

Pauvres Cupidon et Vénus!ils ne sont plus choyés et vénérés comme avant!