La méprise de l'âme éprise

- - Dernière réponse :  Utilisateur anonyme - 13 janv. 2010 à 09:38
O mon âme vagabonde empesée de remords Qui repense sans cesse au passé nourricier ; Tu te joues de la ronde de tous ces croquemorts Qui te noient, qui te blessent pour mieux te supplicier. Souvenirs sans pitié quelle est donc votre voie (?) Le chemin plein d’épines ou le lé forestier : Quand vous décapitiez mon espoir de pourvoi Mon humeur galopine voulait que vous partiez. Mais quand l’humble naissance de ce doux sentiment A fait poindre en mon sein un émoi tout nouveau, J’ai senti cette essence m’embraser gentiment Pour le fatal dessein de suivre mon caniveau. Je t’ai donc encensée toi qui parus sans fard Imaginant sans calcul une vie de complice : C’était, là, l’insensé qui m’apprit sans retard Que les faits sans recul dissimulent quelques vices. Quel est donc le plus fou ( ?) le naïf ou l’impur : Et faut-il s’enquérir de savoir ce détail ( ?) Le marché qui bafoue se veut libre et sans mur ; Il prétend tout guérir des maux dits du bétail. Quand le vieux néophyte nous livre son avis Pour dire que sans idées on peut toujours écrire, C’est pour les cénobites l’évangile pour la vie, Pour les psittacidés du millet à faire frire.
Afficher la suite 

Votre réponse

1 réponse

0
Merci
Dictionnaire oblige !! "psittacidés" perroquet : famile d'oiseaux grimpeurs exotiques au plumage trés coloré . Difficile quand même de placer ce mot dans une conversation ..
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme