Beaucoup de livres publiés et peu de littérature...

-
beaucoup de livres publiés et peu de littérature... Ecrire n est pas etre écrivain! y a t il encore des "Kafka"?
Afficher la suite 

Votre réponse

16 réponses

0
Merci
C'est vrai mais, participant à de nombreux ateliers d'écriture, je peux affirmer que les meilleurs écrivains ne sont pas toujours publiés. Il faudrait se demander sur quel critères les livres sont actuellement publiés. C'est encore bien souvent qu'après la lecture d'un texte d'écrivant, on se dise tous ( les participants à l'atelier) : ça vaut bien des écrivains publiés. Martine
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
Certes, beaucoup de choses publiées feraient mieux de passer directement au pilon plutôt que d'encombrer les rayons des libraires, tout ça est affaire de marketing et de pur commerce. Cependant je ne crois pas à la légende du génie inconnu: les maisons d'édition sont suffisamment nombreuses pour qu'un bon texte trouve un jour sa place dans une collection. Ecrivant moi-même, et m'étant vu refuser deux manuscrits jusqu'ici, je reconnais avec le recul que ces textes ne méritaient aucunement de devenir des livres. Il faut être impitoyable avec soi-même (cf: les manuscrits de Flaubert, Hugo, Céline, et tant d'autres). Je ne sais plus quel directeur d'édition affirmait qu'il était inutile de lui faire parvenir un manuscrit n'ayant pas nécessité cinq ans de travail. Position tranchée, mais qui rejoint ce que je pense: il est plus facile de se prendre pour un génie incompris que de travailler son texte, mot après mot, virgule après virgule. Si vous cherchez un nouveau Kafka, je pense qu'un seul suffit ! ;-)) Je me permets néanmoins de recommander la lecture des deux romans de Julien Capron (Flammarion, je crois): écriture somptueuse, qui ne ressemble à rien de ce que j'ai pu lire jusque là, et sens narratif aigu. La lecture n'en est pas toujours aisée, mais au final on est récompensé de ses efforts.
Vous ne croyez pas aux génis inconnus, certe. Vous,parlez du nombre conséquent de maisons d'édition, soit. Pour finir vous citez les deux manuscrits qui vous ont été refusés, et vous reconnaissez vous même que c'est un sort bien mérité, je vous l'accorde encore. Maintenant je m'interroge sur l'identité de cet auteur: Julien Capron. Je ne m'abaisserais à soupçonner un anonyme faire de la pub pour un des ses manuscrit qui n'aurait pas été, celui-ci, refusé par une des nombreuses maisons d'édition, qui sont comme chacun le sait, de vraies découvreuses de génis et non pas de basses entreprises d'asservissement d'artistes. Je me dis qu'un auteur à l'écriture somptueuse et au sens narratif affirmé n'aurait pas besoin de se cacher derrière un pseudo anonyme pour faire sa promo. Mais au final, de tout cela je me fous. Je reviens a votre demonstration par a+b de l'impossibilité de l'existence de génis inconnus, et voila tout ce que je retiens: vous n'etes pas un geni, et vous etes inconnu!
Pour revenir a ces géni méconnu, je ne citerais que celui de John Kennedy Toole, l'auteur de "la conjuration des imbéciles", qui a mis fin à ses jours pour n'avoir justement pas été reconnu comme un grand écrivain par ces mêmes maisons d'éditions que vous mettez en avant. C'est vous dire la finesse de jugement de ces maisons, puisque ce livre recut le pulitzer un an apres sa parution, qui a pu avoir lieu grace a l'opiniatreté d'une mère aimante, confiante dans le talent de son fils.
Que dire des nombreux artistes encensés aujourd'hui qui crevèrent dans la misère et l'indifférence?
Concluera qui voudra.

Thierry, le mec à naunime.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
L'édition d'un roman ne répond qu'à un seul critère, comme tant de productions en ce bas monde: le profit. Un torchon écrit ( soi-disant) par un people, sera édité, car il rapportera du pognon à l'éditeur. Autrement dit, le nerf de la guerre, c'est le pognon, le talent, c'est accessoire. Je suis moi-même écrivain et vit bien le phénomène de l'intérieur. J'en ai lu des livres qui ont eu du succès, et je me suis demandé bien souvent le pourquoi de ce succès. Je viens de terminer (avec difficultés) un roman d'Amélie Nothon. Que trouve -t-on à cette romancière. Que l'on m'explique! Suis-je ignare au point de ne pas comprendre? A qui faut-il en vouloir? Un événement de portée publique est causée par les individualités qui le composent. Si la situation est celle-là, c'est parce ce que c'est nous qui la faisons. Le peu de lecteurs qu'il y a dans notre beau pays va se ruer vers chirac racontant sa vie plutôt que vers le prix nobel de littérature. Il y a encore des Kafka, mais ils sont bien cachés. Ne demandez pas à votre libraire de vous conseiller. La plupart ne lisent pas les bouquins qu'ils vendent. J'avoue que c'est impossible pour eux. Certains le font pourtant!
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
Ecrire n'est pas être écrivain! c'est vrai, moi-même j'écris et je suis sur le point d'être éditter mais je n'ai pas la prétention de me nommée écrivain. Je laisse cette nomination à des personnes plus littéraires que moi. Cependant, je suis contente de pouvoir faire éditter mon 1er roman. Déjà, je me suis replongée dans un autre manuscrit. Je n'ai lu aucun livre de Franz Kafka : suis-je une Kafkaïenne?
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
D'accord avec Martine. Pierre Jourde, le critique littéraire bien connu, complice d'Éric Naulleau, est très critique sur le monde de l'édition, et affirme avoir lu des chefs-d'oeuvre qu'aucun éditeur ne veut publier. D'autres auteurs l'affirment aussi. Quant aux livres qui ne valent pas un clou, on ne peut pas empêcher les autres de les lire, mais je crois que c'est à chaque lecteur d'être exigeant quant à ses lectures, et aussi de faire connaître les livres qu'il aime, classiques et contemporains. Je le fais sur mon blog, et nous sommes nombreux à le faire, sur internet ou autour de nous.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
j'écrit moi-même une autoboigraphie, on me dit évrivain et je coris pouvoir le dire aussi, après tous des soi-disant écrivains reconnus sont -ils eux à la hauteur de ce titre, ne soyons pas trop modeste pour pouvoir avancer dans ce qu'on fait claude de Dijon
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
J'ai lu tous les livres de Kafka publiés , il faut savoir qu'il écrivait souvent dans un état second le plus souvent pour raison de santé , et ne pouvait pas tjrs expliquer ce qu'il avait écrit le matin même .....je n'ai jamais essayé d'écrire connaissant mes limites je préfére apprécier l'oeuvre des vrais écricains ...
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
Je suis d'accord avec Laurent. J'ai deux manuscrits à reprendre et je sais qu'il faut beaucoup de travail pour devenir un véritable écrivain. Kafka, Molière, Voltaire, Proust, Modiano et aussi Borgès (que je suis en train de lire), Eric Emmanuel Smitt et des milliers d'autres, sont tous des génies. Mais sans travail, il n'y a pas de talent, pas de génie. Chaque fois que je lis un bon livre, je suis admirative des connaissances de l'auteur et de toutes ses trouvailles pour arriver à faire tenir l'intrigue, à l'alimenter, à la résoudre.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
bonjour, quelque soit le style le mot "écrivain" est employé d'office par l'acadamie française, dès la parution d'un 3ème titre. je suis romancière pas écrivain !

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
j'ai lu tout les super picsou géant, et... oui il y a encore des écrivains
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
écrire et publier avec succès c' est être écrivain! écrire et publier à ses frais, c'est se ruiner!
écrire et publier avec succès c' est être écrivain! : curieuse interprétation

écrire et publier à ses frais, c'est se ruiner! :

Ce n'est pas se ruiner , cf le forum

Et si on l'envie et les moyens , pas si important que vous le dites, c'est se faire plaisir.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
bonjour, c'est vrai. Il y a une différence entre auteur et écrivain. N'est pas écrivain qui veut. On peut dire : "je suis l'auteur d'un livre", mais ce sont les autres qui te disent si tu es évrivain. Aujourd'hui on publie ce qui se vend. Au lecteur de faire le tri. Nath Lastolf
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
Moi aussi, je crois fortement en l'avenir de l'auto-édition en France... car la vague a déjà fait ses preuves ailleurs au USA par exemple ! En effet, tout le monde écrit ou aimerait le faire. Le monde évolue à grande vitesse et le nombre des livres autoédités a dépassé en 2009, le nombre de livres édités...! et si le XXIème siècle littéraire se jouait sur le web ? Et si l'auto-édition était la voie la plus intéressante à long terme ? Car il ne faut pas oublier que c'est une vraie démocratisation de l'écriture ! Justement, des personnes qui écrivent, il y en a beaucoup...et les maisons d'éditions qui ont pignon sur rue et qui croient avoir le monopole des publications, depuis 150 ans préfèrent parfois publier des auteurs connus pour ne pas couler ! Tout est basé sur le business ! Nous les petits écrivains de l'ombre, on n'a du mal encore à se faire connaître mais je crois que le XXIème siècle va marquer ce tournant, cette révolution comme cela s'est déroulée pour la musique et même la politique étrangère lorsqu'on regarde le réveil et la révolution des consciences dont a su faire preuve les peuples des autres pays ! Les maisons d'éditions classiques peuvent très bien publier des navets, ça peut arriver car tout est relatif, tout jugement à l'instant T aussi est à relativiser ! et puisque nous discutons enfin objectivement sur l'autoédition et sur sa démocratisation certaine, ..... il se peut qu'en auto-édition, il existe aussi des livres magnifiques ! Non ? D'après vous ce n'est pas possible ? Rien n'est impossible ! et puis un succès c'est tellement aléatoire, tu peux avoir du succès aujourd'hui et être oublié demain.... l'inverse est aussi vrai.... car tout évolue... rien n'est figé...Voilà ! j'ai sciemment fait le choix de me faire publier par thebookedition.com... pour le moment c'est le plus avantageux et très moderne : C'est écologique (les livres ne sont publiés qu'à la commande), pas de contraintes d'achat (il n'y a pas de stockage de livres, ni d'obligation d'achat pour l'auteur), et intéressant (tu peux avoir jusqu'à 20 à 25 pour 100 du prix de vente au lieu de 1 à 3 pour 100 chez les éditeurs classiques). Par ailleurs, le livre devient visible et accessible via le net.... et cela permet de faire une diffusion qui dépasse les frontières....le livre voyage à travers la toile et comme un phénix renaît de ses cendre !
Je crois foncièrement en l'avenir de l'auto-édition en France ! Le seul problème c'est que les gens ne sont pas tous encore prêts et synchronisés pour acheter les choses via le web ! Moi je préfère largement l'auto-édition et ne compte pas changer d'avis ! J'incite même tous ceux qui écrivent à se renseigner et à se faire connaître...Je crois que les vrais lecteurs et lectrices humanistes et ouverts savent où se situent les vrais talents ! L'auto-édition est la voie royale du XXème siècle! Elle présente de nombreux avantages ! J'ai publié mes deux livres : un roman autobiographique intitulé Année 2043 : Autopsie D'une Mémoire et une monographie culturelle et historique de l'espace insulaire de Nosy-Bé intitulé Nosy-Bé : Âme malgache, Coeur français chez the bookedition et j'en suis même très ravi et satisfait par leur efficacité et leur honnêteté. J'incite fortement tous ceux qui écrivent à mettre en avant leur talent et utiliser l'auto-édition qui j'y crois fortement sera le futur et le XXIème siècle des livres... le XXIème siècle en Littérature se jouera sur le WEB et non dans les rayons des librairies et les livres ne seront plus le monopole d'un échantillon de critiques littéraires ...Le XXIème siècle sera celui du succès de l'auto-édition et des écrivains libres et indépendants ! J'ai un exemple à donner à ceux qui haïssent les auteurs et surtout les petits auteurs qui essayent de garder leurs indépendances d'esprit et d'écriture. Au XVIIème siècle, Colbert, Lully et Louis XIV se sont tous acharnés sur la Fontaine et ils se sont tous trompés ! car par la suite l'auteur des fables a été immortalisé par l'École de la République 2 siècles plus tard ! J'essaye en tant qu'auteur moi aussi de me faire connaître dans la jungle des publications. C'est vrai que Internet reste un bon moyen moderne pour le faire car la preuve c'est que ce soit en bien ou en mal, le livre fait parler de lui ! Nos livres, nous les petits qui sommes encore à l'ombre, nous les avions écrits avec passion, avec imagination et patience...je comprends que cela puisse irriter quelques criticaillons... d'ailleurs je ne sais pas pourquoi..ça irrite.....;je suis conscient qu'un écrivain n'est pas ou n'a pas été tellement reconnu de son vivant...La vrai reconnaissance vient souvent à titre posthume.....Nous connaissons les cas de Stendhal qui avait dit qu'il ne sera connu qu'à partir de 1935 , de Victor Hugo qui a dû essuyé les critiques poignantes d'un Sainte-Beuve, Honoré de Balzac qui a avait ses détracteurs au XIXème siècle ou la Fontaine au XVIIème siècle, ou encore Musset, les peintres comme Van Gogh ou Monnet, Cézanne, Courbet et Manet..et bien d'autres encore qui ont lutté à contre-courant, et dont les talents n'ont été reconnus justement qu'à titre posthume par des générations qui ont eu un regard plus objectif, Tout est tellement aléatoire ! Tout est tellement relatif ! Et aucune vérité n'est universelle ! La grande révolution littéraire est en marche à travers l'indépendance retrouvée des auteurs et des écrivains ! Les temps changent et les consciences évoluent ! vive l'auto-édition libre !
Voilà ! j'ai sciemment fait le choix de me faire publier par thebookedition.com... pour le moment c'est le plus avantageux et très moderne : C'est écologique (les livres ne sont publiés qu'à la commande), pas de contraintes d'achat (il n'y a pas de stockage de livres, ni d'obligation d'achat pour l'auteur), et intéressant (tu peux avoir jusqu'à 20 à 25 pour 100 du prix de vente au lieu de 1 à 3 pour 100 chez les éditeurs classiques). Par ailleurs, le livre devient visible et accessible via le net.... et cela permet de faire une diffusion qui dépasse les frontières....le livre voyage à travers la toile et comme un phénix renaît de ses cendre !

Le Phénix a vendu combien d'exemplaires ?
Commenter la réponse de silsila
Messages postés
2
Date d'inscription
mardi 29 mars 2011
Dernière intervention
1 avril 2011
0
Merci
Bonjour à tous et particulièrement à Silsila !

Merci Silsila pour ton texte que j'ai lu avec un grand intérêt.

Je viens tout juste de m'inscrire au groupe "Littérature" car je cherchais des informations sur l'auto-édition.

J'ai terminé l'écriture de mon premier roman en début d'année. J'en rêvais depuis plus de 20 ans ! Mais par manque de confiance et découragement de la part de mon entourage, je n'ai pas osé franchir le pas avant l'année dernière. Eh oui, en 2010 j'ai fêté mes 40 ans (sans vraiment faire la fête car cette dizaine-là me perturbait). Passer le cap de la quarantaine me faisait "flipper", va savoir pourquoi... Finalement, avoir 40 ans m'a permis de me remettre en question. Je me suis dit qu'il était temps de penser un peu à moi, au lieu de faire passer systématiquement mes 2 fils (que j'adore !) avant mon propre bien-être.
Alors, un beau matin, j'ai décidé de me faire plaisir en réalisant un de mes plus vieux rêves : écrire des romans ! Au diable la famille et les amis qui me ricannent au nez lorsque je leur parle de mes projets !
J'ai pris un carnet et un stylo, et tout naturellement, je me suis mise à écrire, écrire... et me voilà avec un roman de 230 pages que j'aimerais pouvoir éditer à moindre coût. Or, mon livre n'interresse pas les maisons d'édition à compte d'éditeur, et les maisons d'édition à compte d'auteur demandent des sommes colossales. Je refuse de payer des gens qui s'enrichissent sur la naïveté de jeunes auteurs. Je me suis donc mise à la recherche de maison d'auto-édition sur le net. J'ai trouvé une maison d'auto-édition aux Etats-Unis "lulu.com" qui pourrait correspondre à mes attentes.
J'aimerais savoir si quelqu'un parmis vous connait cette maison avant de me lancer...
Je remercie Silsila pour l'info concernant thebookedition.com, je vais de ce pas me renseigner.

Merci à tous.
A bientôt.
Cristina
Commenter la réponse de CristinaFDJ
0
Merci
Je crois que maintenant le critére premier c'est que ça se lise bien (Musso , Levy...) que l'on n'ait pas à faire d'effort , que l'on "avale", dévore, que l'on consomme. C'est vrai que c'est agréable parfois , surtout en situation de concentration difficile (métro , plage , etc...) . Mais quel plaisir de lire de la belle écriture, ça prend plus de temps (je viens de finir "l'amour au temps du cholera") . A ce propos je trouve également que les auteurs africains ou d'origine africaine écrivent particulièrement bien et ont souvent un très beau style.
Commenter la réponse de toka
0
Merci
effectivement écrire n'est pas être écrivain. Maintenant tout le monde écrit pour raconter tout et n'importe quoi. Je préfère lire une bonne BD que tous ces livres qui sont soit disant fait pour nous aider ; à bien manger, bien maigrir, bien se maquiller et j'en passe. Quand aux artistes qui nous racontent et qui sa grossesse, son accouchement, comment elle a perdu du poids ; n'oublions pas les hommes politiques qui ont touours quelques choses à nous apprendre, et dans tout ça qui donc écrit vraiment son livre. Heureusement que la bibliothèque de mon village n'est pas envahie par ce genre de livres et que j'y trouve de bons auteurs classiques et modernes. Je vais de ce pas me plonger dans un roman de Jean Dutour. Bonne lecture à vous
Commenter la réponse de nadia