ECRIRE ! UNE PASSION NECESSAIRE A VOTRE VIE ?

Utilisateur anonyme - 29 avril 2008 à 10:39 - Dernière réponse :  Utilisateur anonyme
- 24 janv. 2010 à 13:21
QUAND ECRIVEZ VOUS LE MIEUX ? SUR LE COUP D'UNE EMOTION ? CHRISTIANE
Afficher la suite 

Votre réponse

20 réponses

Utilisateur anonyme - 29 avril 2008 à 10:54
0
Merci
Bonjour, Pour moi écrire... Est nécessaire ! Souvent de nuit, les émotions sont alors loin ! J'ai le temps, le calme, et l'inspiration... J'ai en permanence plusieurs projets (de romans) et suivant l'humeur (un reste d'émotion) je dévide mon fil rouge. Tout celà m'amène souvent loin et ce n'est qu'à la relecture (plusieurs jours après ; toujours en journée, l'esprit posé) que cette matière prend vraiment forme. Content d'avoir partagé un peu de cette passion avec vous. Au plaisir de vous lire.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 29 avril 2008 à 16:00
0
Merci
Très jeune, j’ai commencé à écrire de lettres, des poèmes, des notes. Dans un carnet, je consignais au hasard une phrase, une bribe de conversation, la description d’un visage… A l’époque, coucher mes impressions sur le papier me semblait la meilleure façon de poser des balises, de faire le point. Je me suis accrochée aux mots comme à une bouée. Le temps est devenu précieux et je trouvais un peu de bonheur dans les novelles pages à écrire. Je voulais éterniser l’instant, l’apprivoiser, ne plus courir ! Je prends des notes, je marche, j’imagine, j’invente, je suis à l’affût des instants à saisir… Rien de bien original. Avec tous ces matériaux, je me pose et je me reconstruis un peu. Je me recentre. J’essaye de me délester de mes acquis pour mieux comprendre les choses et les gens. Et si je suis encore debout aujourd’hui, c’est grâce à mon regard d’enfant qui me permet encore et encore de m’émerveiller… Voila pour moi...
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 5 mai 2008 à 23:33
0
Merci
Je ne pense pas qu'écrire me soit une passion... mais plutôt un besoin vital... une délivrance ! Dans l'idée de passion il n'y a pas la notion de souffrance. En ce qui me concerne, étant de nature paresseuse, si j'écris c'est parce que j'en éprouve le désir ardent dû à un sentiment de détresse qui me pousse à vouloir à tout prix m'exprimer. Pour certains, l'expression se manifeste par le théâtre, la peinture etc... moi c'est par l'écriture. Exercice difficile car je n'admets que la perfection et ne suis pas un maître à la matière, donc avant le plaisir du résultat un effort de longue haleine qui ne peut s'apparenter à de la passion. Ecrire m'extravertit. Ou me travestit... Jouer avec les mots, jongler avec, c'est excitant, stimulant... mais la passion sous-entend un côté positif de par quoi on est attiré. Je ne définirais pas l'écriture comme tel. Personnellement, on ne peut écrire si l'on est heureux à moins de se risquer à de la "mièvrerie"... La passion on la vit, l'écriture soulage...
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 6 mai 2008 à 10:31
0
Merci
BONJOUR TEDDY. MERCI D AVOIR REPONDU.JE PENSE QUE TU AS EMMAGASINE UNE HAUTE DOSE DE SOUFFRANCES QUE JE RESSENS DANS TES MOTS . MAIS CROIS-MOI IL N Y A PAS DE PASSION SANS SOUFFRANCE. J AIMERAIS TE LIRE . AS TU COMMENCE TON JOURNAL ? MOI J ECRIS LES MIENNES MAIS AUSSI MES JOIES DEPUIS L AGE DE 10 ANS ET C EST UNE FORME DE THERAPIE QUE JE TE RECOMMANDE A HAUTES DOSES. L INCONVENIENT C EST QUE CA NOUS FAIT REPLONGER UN PEU DANS NOS DOULEURS. ALORS,UN CONSEIL,ECRIS LES,RELIS-LES ET RANGES -LES DANS UN CLASSEUR QUE TU ESSAIERAS DE NE PLUS OUVRIR CAR IL FAUT AVANCER ET REGARDER AUTOUR DE SOI. MES AMITIES CHRISTIANE
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 19 mai 2008 à 10:53
0
Merci
Bonjour CHRISTIANE, je vous retrouve ici et je réponds à cette question... Oui, écrire, c'est, pour moi, plus que nécessaire. Je ne sais au juste si c'est une passion ; très certainement quelque part, oui ... J'ai, je pense, toujours, plus ou moins, "porté" l'écriture en moi. Mais cela est resté enfoui pendant des années. Puis vinrent des années de souffrances personnelles, émotionnelles, un grand tourbillon de malheurs dans ma vie. La mise à la retraite anticipée, à l'âge de 41 ans, a permis de libérer beaucoup de temps, de mûrir la rélfexion de passer à l'acte d"écriture. C'est sous l'impulsion des ateliers d'écriture que j'ai pu libérer mes paroles. Oui, il m'est arrivé d'écrire sous le coup d'une émotion. Cela m'arrive moins maintenant mais j'ai encore beaucoup à dire !!! Il est vrai, et je partage votre avis, qu'il est, parfois, douloureux de relire les anciens cahierrs où l'on a couché ses souffrances, son mal-être. Mais, personnellement, je suis à fond pour la nécessité d'écrire sur tout et n'importe quoi. Quant à vouloir être publié, c'est une autre affaire. Moi, je suis un peu "obsédée" par la nécessité de laisser une trace pour les générations futures; l'écriture, je pense, nous révélant profondément. J'attends votre réaction et celles des autres membres du groupe par rapport à mon point de vue. Je vous en remercie tous par avance. N'oubliez surtout pas : CARPE DIEM ! Libérez-vous par l'écriture ! Bien à vous tous, cordialement et amicalement. MARIE-PIERRE BLONS-PRONIER.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 19 mai 2008 à 16:59
0
Merci
re bonjour MARIE PIERRE JE SUIS BIEN DESOLEE DE NE POUVOIR T ACCORDER IMMEDIATEMENT DU TEMPS A CAUSE DE MON EMPLOI DU TEMPS TRES SERRE A BRIDES.MAIS JE SUIS TOUT A FAIT D ACCORD AVEC TES IDEES ET PERMETS MOI DE T ENCOURAGER ET DE T EMBRASSER CHRISTIANE
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 9 juin 2008 à 20:55
0
Merci
J'écris quand tout un groupe de sentiments, de pensées et d'idées arrivent à un point culminant de non-retour. Juste une sortie directe. Le reste back sur la feuille et le clavier. Le secret c'est la macération, le départ c'est le trop plein.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 1 août 2008 à 10:53
0
Merci
J'écris depuis l'âge de 11 ans. A cette époque plutôt des poèmes que l'on griffonne entre 2 cours ou lorsque l'on a de la peine ou que l'on est heureux ou que l'on se pose des questions sur la vie, à l'âge de l'adolescence. Puis après, on devient plus sélectif, le caractère se forge et l'écriture devient un besoin vital... Car, plus on aime les mots et plus ils se pressent sous la plume... J'ai passé une grande période où je n'écrivais plus ( une bonne dizaine d'années ), j'ai été occupée par mes 2 enfants,c e qui est normal pour une mère et j'ai vécu des épreuves difficiles dans ma vie. Mais toutes ces années, je savais qu'il me manquait quelque chose... J'ai repris l'écriture il y a 2 ou 3 ans environ, en écrivant des nouvelles tout d'abord puis j'ai eu envie ou besoin de passer à des rédactions plus conséquentes et c'est alors qu'en moi, s'est passé quelque chose de magique : les images se sont imposées , me "dictant" de nouveaux synopsis comme un foisonnement d'idées et je me suis mise à la tâche . J'ai écris le 1er tome de mon premier roman en 6 mois et me suis immédiatement attelée au 2ème tome que j'ai presque terminé en l'ayant commencé il y a 6 mois également et j'ai commencé le 3ème tome en parallèle. Néanmoins, j'ai déjà imaginé le synopsis de 2 nouveaux tomes d'une histoire différente ainsi que celui d'une rédaction un peu plus historique cette fois...J'essaie d'être éditer mais c'est une rude épreuve, mais je suis patiente. J'ai l'impression d'être une autre... ou plutôt d'être enfin en phase avec moi-même... L'écriture est ma raison de vivre. Merci pour cette question, j'ai eu un grand plaisir à y répondre... Dominique

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
moi j'écris pour écrire pour la musique des mots. pour exprimer ce que ma bouche ne dit jamais et aussi pour lui permettre de se taire. Les mots s'aligne parfois seuls ils sont comme des petits soldats que l'on met en ordre de bataille et parfois aussi ils vont au combat. Il arrivent et submerge tout la volonté, le désir, la cohérence de l'orthographe de la syntaxe et de la grammaire. Je rature rarement, j'écris puis je relis et j'aime alors je donne à ceux qui le veulent les lignes qui se sont empressées d'envahir mon écran. J'ai parfois la hantise de la page blanche alors je n'écris pas, je n'écris que si mes doigts le veulent ils se détachent de moi et jouent eux aussi la musique sur le clavier.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 24 oct. 2008 à 18:32
0
Merci
J'ai beaucoup aimé tes mots, qui semblaient courir sur le clavier, alors j'espère avoir le plaisir de te lire un jour. et merci.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 25 oct. 2008 à 08:50
0
Merci
BONJOUR SONIA MISS PEU IMPORTE QUI A ECRIT CES VERS QUE TU AS JOLIMENT CHOISIS. JE TE SENS COMME UNE ECORCHEE VIVE . TU N AS QUE 22 ANS. J AI BEAUCOUP AIME TA REPONSE. A QUAND LE PLAISIR DE TE LIRE. TOI. CHRISTIANE

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 10 nov. 2008 à 11:02
0
Merci
Oui. Elle est nécessaire. C'est une sorte de thérapie. J'en ai eu besoin et j'en ai encore besoin aujourd'hui. J'ai écrit un essai et des nouvelles. Je tente de m'y remettre mais cela est tèrs dur. L'impiration peut-e^tre ? Le temps surement. Avant,j'écrivais beaucoup quand j'étais célibataire. Cependant, j'ai découvert d'autres biaias pour écrire. Gràac à ma fille métisse, je fais de la recherche généalogique et je tente d'crire l'histoire de ma famille au travers des éléments familaiux mais aussi l'histoire de mon île, la Guadeloupe. dans un premier temps, la généalogie, un second l'histoire de la Guadeloupe, des Antilles et de l'esclavage. Enfin et dans un dernier temps, je vais écrire une histoire sur mes ancêtres au travers de ces divers éléments. Il y aura certainement du faux, du romancé, mais également du vrai. Un gros travail en somme. Autre projet, j'écris des partitions de musique. Du blues essentiellement. Deux morceaux pour l'instant...
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 15 nov. 2008 à 18:56
0
Merci
BONSOIR PETITE FABI. MERCI D AVOIR REPONDU A MA QUESTION. J AI BEAUCOUP AIME CES QUELQUES LIGNES PLEINES DE SIMPLICITE ET D EMOTION. MOI J ECRIS DE TEMPS EN TEMPS MON JOURNAL SUR COPAINS. SI TU VEUX QUE NOUS ECHANGIONS SUR MSN C EST AVEC PLAISIR. cricri34cricri34@hotmail.fr a très bientot christiane
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 20 nov. 2008 à 14:50
0
Merci
C'est une passion, certainement, mais surtout un besoin. Ne pas écrire est pour moi inconcevable. J'écris donc, des romans, des nouvelles, parfois des rubriques, des récits, des articles... J'écris.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 24 nov. 2008 à 21:09
0
Merci
Ecrire, c'est s'ouvrir aux autres, c'est exprimer nos émotions, nos joies, nos craintes, quelquefois nos échecs, mais c'est communiquer avec des vibrations qui font courir vos doigts sur un clavier, c'est tailler un crayon, le regard hébété, ne sachant pas encore quelles lettres on va former, c'est rire de certaines situations, c'est laisser couler ses larmes quand le noeud serre trop fort la gorge, c'est sourire bêtement au souvenir d'une belle image, c'est ....tellement important pour moi..

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 4 déc. 2008 à 09:42
0
Merci
A la suite d'une période très difficile de ma vie, j'ai dû chercher qualques chose qui puisse me sauver de la dépression. Très grande lectrice, j'ai eu envie d'aborder l'aventure de l'écriture en m'inscrivant à des ateliers : ce fut une révélation. Je n'aime pas beaucoup écrire sur moi-même je préfère la fiction même si on n'écrit jamais que sur ce que l'on connait et qu'il y a forcément une part de soit dans chaque personnage que l'on crée. L'atelier est aussi l'endroit où les connaissances que l'on fait sont très profondes, on ne se connait pas on se reconnait et partager un temps d'écriture est un moment très fort. Je ne pense pas vouloir un jour être publiée, je prends seulement beaucoup de plaisir à écrire pour mes amis qui me font l'honneur d'apprécier ce que je fais. J'ai gagné aussi quelques concours, ça fait vraiment plaisir.* Martine.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 10 déc. 2008 à 07:29
0
Merci
bonjour, contrairement à beaucoup de personne, je n'écris pas sous le couvert de l'émotion, de la détresse ou de souffrances accumulées pendant ma vie. J'écris simplement par envie. J'aime inventer une histoire, m'imaginer à la place de mes personnages (le bon, le méchant, l'idiot, la femme, l'homme...), me trouver dans des situations impensables. Comme la lecture, j'ai découvert l'écriture très tard. Au départ, ce fut juste un jeu. Mais rapidement le besoin a pris le dessus. C'est le matin, de très bonne heure, lorsqu'il fait encore nuit, que je m'y met. Alors je n'ai pas le soucis de la page blanche, les idées me viennent à n'importe quel moment de la journée, sans même y penser. Mon avis est qu'il ne faut pas se forcer. L'écriture doit être coulante comme la lecture ou un quelconque hobby. Au plaisir, cordialement.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 10 déc. 2008 à 12:38
0
Merci
MERCI MATHIEU A CHACUN SA RAISON D ECRIRE ON REPOND JUSTE A UN DESIR IMPERIEUX DE BALANCER DES LETTRES SUR UN PAPIER QUI FERONT DES MOTS. DES PHRASES.DE HISTOIRES CHRISTIANE
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 9 juin 2009 à 09:29
0
Merci
Bonjour Christiane, bonjour à tous les écrivants, Que ce soit une passion pour certains, un besoin vital pour d'autres, cela ne fait aucun doute. Mais les moteurs de l'écriture peuvent être différents. Chacun a son caractère, sa sensibilité, et ses motivations profondes qui lui sont personnelles. Par exemple, on peut écrire pour se prouver quelque chose à soi-même, pour relever un défi intime. Dans ce cas l'émotion n'est qu'une conséquence. Elle est nécessaire si on a le désir d'aller vers le lecteur et ne pas le laisser indifférent. Mais comme l'a bien dit un autre intervenant elle ne suffit pas. Quand on ne fait pas partie du sérail, quand on n'a jamais rien écrit de sérieux avant l'âge de la retraite, l'écriture, à mon humble avis, c'est d'abord un travail patient semé d'embûches. L'écriture sérieuse ne s'improvise pas à la légère. Il y a aussi le choix du sujet traité, la tentation éventuelle de céder à une certaine mode. Le domaine des sentiments amoureux est des plus complexes si on veut aller au fond des choses, et si les lecteurs se laissent souvent séduire par ce qui les touche de près, rares sont les auteurs qui ont pris le risque d'aborder ce sujet qui peut très vite se révéler scabreux. Ce risque je l'ai pris, à contre-pied des tendances, ce qui relève effectivement d'un défi personnel. Comme je refuse de payer pour être édité, et comme je ne suis qu'un inconnu n'ayant pratiquement aucune chance d'être publié à compte d'éditeur, le fruit de mon travail n'a touché qu'un cercle très restreint d'amis. Ceux-ci semblent cependant avoir pris du plaisir à me lire, et mon but est donc en partie atteint. Je dis en partie car je souhaiterais avoir un plus grand nombre de lecteurs. En ce sens l'écriture est un moyen d'aller vers d'autres et de tisser des liens. Bien cordialement. Jean
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
Utilisateur anonyme - 24 janv. 2010 à 13:21
0
Merci
Quand le sang passe dans les veines des bras, en poésie, quand il chante, quand la tête est lourde de mystères, l'inspiration peut souffler sa grâce à la pièce que l'on fait. Mais on peut aussi écrire simplement avec imaginaire (ou cri) en organisant son style voir s'il n'y a pas trop de fautes quand a la facilité et la beauté, le plaisir profond de lire. Voilà. Et puis refaire tout à la fin quand on s'apperçoit qu'il manque quelques finitions. On le sait quand un livre est vraiment achevé. On le sait vraiment.
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme