Lisez "La Vie de Marianne" de Marivaux

-
Bonjour,
Y a-t-il encore dans ce pays des gens qui lisent et apprécient la littérature française, la vraie, la grande?
Si tel est votre cas, vous allez adorer ce grand roman peu connu du grand public, "La Vie de Marianne" de Marivaux. Il faut quand même savoir qu'avec la Marquise de Sévigné, c'est lui qui a inspiré Proust.
"La Vie de Marianne", c'est Marianne qui raconte sa vie, dans la langue de Marivaux, pétrie par la théâtralité: ça parle, ça jacasse même, dans une narration à la première personne qui préfigure celle du roman au XX° siècle façon L.F. Célne. On s'émeut, on pleure comme au XVIII° siècle, on pousse de grands soupirs: oni vit, dans le roman.
Cette héroïne est de son siècle: orpheline recueillie, enfant du peuple - quel scandale à l'époque, prendre pour héroïne de fiction une femme du peuple! Elle sera donc condamnée à un genre mineur, le roman - elle nous raconte son histoire à la faveur d'un événement qui en arrête pour un temps le cours, circonstance récurrente chez Marivaux : un accident de la route, la rupture d'un essieu sur la voiture à chevaux. Aujourd'hui on parlerait d'accident mais on appelerait les secours, le coma du personnage transporté à l'hôpital permettrait de montrer le film d'une existence qui se déroule dans un cerveau embrumé. A l'époque, non: les passagers s'asseoient sur les bords du fossé et échangent ensemble. Que se passe-t-il dans la vie de Marianne? Rien de plus que dans celle de tout un chacun: elle aime et est aimée en retour (elle rencontre son amoureux Valville dans une église à l'heure de la messe, voir chez Proust le portrait de la Duchesse de Guermantes) jusqu'au jour où l'amour change de coeur - on est chez Marivaux. Mais ce n'est pas là le plus important.
Ce qui se passe dans ce roman, c'est la naissance de la littérature française moderne, la naissance de la littérature du XX° siècle, celle qui a une voix, celle qui épouse un flux de conscience (stream of conciousness). Car on n'est pas loin du monologue de Molly Bloom dans l'"Ulysse" de Joyce. On a dit et redit que ce roman annonçait la Révolution française - et la querelle entre MArivaux et Restif de la Bretonne y a sûrement contribué - c'est un texte d'une très grande modernité. Marivaux a inspiré tout le monde et on ne le dit jamais, les enseignants l'ignorent. "La Vie de Marianne " a fait Proust, et "Le Paysan Parvenu " a fait Balzac.
Afficher la suite 

Votre réponse

1 réponse

Commenter la réponse de Pierre-Rémy