"Avec ses ténébreux orages, ses vertiges suicidaires, ses dévorations d'abs

Utilisateur anonyme - 8 mars 2010 à 12:14
 Utilisateur anonyme - 11 mars 2010 à 16:40
Etes-vous d'accord avec Louis Pauwels ou pensez-vous qu'il généralise ici indûment une expérience personnelle ?

15 réponses

Utilisateur anonyme
8 mars 2010 à 12:49
Oui, je suis d'accord. La jeunesse est l'un des moments de la vie le plus crucial. Le moment où l'on se cherche sans se trouver, le moment où l'on commence à se poser les vraies questions qui n'ont pas toujours de réponses. Le moment où l'on se trouve moche, gros et con. Le moment où il nous sort des boutons plein la figure et où la voix mue. On ne sait pas quoi faire de son corps, de ses cheveux gras. Le moment où l'image de vous que vous renvoient les autres n'est pas toujours celle que l'on attend. Et c'est là précisément que nos ados ont le plus besoin de nous, même s'ils ne demandent rien. Là qu'il faut être le plus vigilent sans étouffement. Là que le rôle d'éducateur se transforme en celui d'ami et de confident. Et là qu'il ne faut surtout pas se "louper"...
Utilisateur anonyme
8 mars 2010 à 13:00
Oui, je veux bien. Mais par moment ça me déplairait pas de redevenir : beau, beau, beau, beau mais con à la fois. Quoique pour con, j'ai pas beaucoup changé.
Utilisateur anonyme
8 mars 2010 à 13:04
Michel ! Tu ne peux pas être sérieux 5 minutes ?
Utilisateur anonyme
8 mars 2010 à 13:16
je plaisante pas

Vous n’avez pas trouvé la réponse que vous recherchez ?

Posez votre question
Utilisateur anonyme
8 mars 2010 à 13:22
Ah bon ? Alors c'est beaucoup plus grave que je ne le pensais... ;-))
Utilisateur anonyme
8 mars 2010 à 13:22
lol........... Pffffffffff !
Utilisateur anonyme
8 mars 2010 à 13:24
mdr
Utilisateur anonyme
8 mars 2010 à 14:29
Pas tout à fait d'accord avec Louis. La jeunesse, c'est l'âge de l'insouciance, vivre pour vivre, c'est l'âge où tout reste à construire, des rêves, des utopies, où l'avenir est grand ouvert , où les désillusions n'ont pas encore barbouilées de gris l'âme, où les regrets ne taraudent pas encore la pensée, où l'on ne se casse pas encore la tête avec des ""faux"" problèmes...Du moins, c'est ainsi que je l'ai vécue dans les années 70 . Etre jeune en 2010 n'est sans doute plus aussi simple.. du CP à la terminale, il y a toujours des adultes bienveillants qui sapent le moral et les rêves de notre jeunesse, leur promettant le chômage et des temps incertains. Mais, l'auteur du matin des magiciens portait sans doute déjà en lui cette obscurité humaine dans sa jeunesse.
Utilisateur anonyme
8 mars 2010 à 19:05
Merci Christian pour ces précisions. Je ne connais pas Louis Pauwels, mais effectivement, ayant vécu à cette époque tourmentée et avec les relations qu'il a eues avec son père, c'est très compréhensible. Cependant, je pense que le problème de l'adolescence, malgré l'évolution de notre société, n'a pas beaucoup changé. Certes, comme le dit Evelyne, dans les années 75 nous pouvions paraître plus heureux et insouciants que les jeunes ne le sont maintenant, car il y avait un peu moins de danger (je dis bien un peu moins) et surtout beaucoup moins de besoins, mais lequel d'entre nous peut dire qu'il ne se considérait pas comme un incompris des adultes et de ses parents et ne se plaignait pas à ses copains ? C'est tellement dommage de ne pas savoir goûter au bonheur à cet âge, car à mon sens, c'est l'un des moments les plus "magiques" de la vie. C'est à l'âge adulte que nous le comprenons... hélas...
Utilisateur anonyme
8 mars 2010 à 19:23
Je pense que beaucoup d' entre nous aimeraient rembobiner et revivre cette période fabuleuse qu' est l' adolescence !
Utilisateur anonyme
8 mars 2010 à 23:31
Je trouve au contraire que la jeunesse apporte le bonheur, celui de vivre et de découvrir....Plus tard on trouve une autre forme de bonheur mais qui est tirée de l'expérience de notre jeunesse.
Utilisateur anonyme
9 mars 2010 à 23:08
la jeunesse n’est pas l’âge fait pour le bonheur elle est l’âge de la reproduction - ainsi est la nature, des animaux aux fleurs, y compris pour l’homme, la jeunesse est l’âge de cette beauté attractive indispensable à l’attirance de l’autre afin qu’à chaque temps une nouvelle génération se créait. Mais si le bonheur est la reproduction alors elle est l’âge fait pour le bonheur, pourtant je ne crois pas qu’on puisse avoir en même temps la beauté et le bonheur ce serait trop et Dieu dans l’excellence de sa création a sans doute veiller à ce qu’à chaque temps appartienne une raison d’exister. Pourtant la jeunesse est l'âge où l'on mêle mélancolie et enthousiasme au point qu'on peut se demander si ces déchirements ne constituent pas aussi une raison d'exister et si tel est le cas la jeunesse pourrait bien être faite pour le bonheur, au même titre que tous les autres âges de la vie. Dieu dans l'excellence de sa création aurait-il veiller à ce qu'à chaque temps l'homme ne se pose pas la question de son malheur ?
Utilisateur anonyme
9 mars 2010 à 23:27
L'adolescence est une période terrible, car c'est l'époque de notre vie où on découvre les vrais vices de ce monde, les vrais tares des gens : l'égoïsme, l'hypocrisie, la vénalité... On fait l'expérience de la trahison, la désillusion et l'abandon, et on a pas encore les armes pour s'en défendre, pas encore la claire-voyance de distinguer les gens d'expérience qui veulent nous alerter des profiteurs qui cherchent à nous manipuler. C'est l'âge de la Revélation à la Matrix : le monde est vicié, il n'y en à pas d'autres et on ne vaut pas mieux que les autres ! Pas étonnant du tout que ce soit la tranche d'âge des suicidaires, des fugueurs, des anorexiques... Personnellement je suis d'accord avec l'auteur... jusqu'à 12 ans, pour peu qu'on soit bien entouré, l'enfance c'est la mer et le soleil... Mais l'adolescence est une traversée tumultueuse dont on ressort rarement sans séquelles...
Utilisateur anonyme
10 mars 2010 à 08:02
jeunes, on nous dit qu'on ne comprend rien, qu'on verra quand on sera "grand" alors on se dit que peut être ce que l'on vit n'est pas le bonheur et puis quand on est "grand" on comprend qu'on baignait en plein bonheur et que notre malaise venait du regard des autres sur nous, de leurs jugements débiles. Oh non la jeunesse est la plus belle période de l'homme ! Mais quand on s'en rend compte, il ne nous reste que les souvenirs.......
Utilisateur anonyme
11 mars 2010 à 16:40
L'adolescence certes n'est pas facile. C'est la période où l'on se cherche, se construis, les conflits, les grandes questions, les sorties entre copains. Moi je l'ai très bien vécue et ma fille ado prend le même chemin. Il faut beaucoup de dialogue ne pas passer à côté des choses essentielles savoir décrypter le mal être des ados. Je suis nostalgique de cette période! Mais bon ainsi la vie est faite chaque chose pour chaque âge!