Heure exquise !

-
Voilà le temps qui passe et vieillit ma pendule
Quand ici je pourchasse le discours incrédule.
Tout au loin, des oiseaux se cachent pour mourir
Au milieu de roseaux tenus de les couvrir.

En ce moment fatal je me sens près des choses
Et comprend le banal qui par là se dépose.
Je vois des yeux de mère s’empourprer de bonheur
A suivre l’éphémère du fils qui crie son heur.

Elle est comme la biche au regard de son faon
Et sent bien que la friche accueille son enfant.
Elle a su le porter dans son ventre bombé
Et parfois supporter des douleurs retombées.

Hurlant en gésine elle a fait, près du lit,
Venir sa voisine en renfort accompli.
Aussitôt libérée, la voilà de son sein,
Apporter la denrée au jeune fantassin.

Et son corps en pâture abreuve le marmot
Qui semble par nature, ébloui, sans un mot.
C’est là qu’elle surprend son mari attentif
A desserrer les dents, soudain, plus inventif.

En cette heure fertile elle sait lever les yeux
Vers celui qui mutile un mouchoir ennuyeux.
Les klaxons, au dehors, déchirent le silence
Pour dire leur accord avec cette naissance.
Afficher la suite 

Votre réponse

4 réponses

0
Merci
Ceci est un essai pour tester les mises en pages !
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
oh ,que c est beau,comment faites vous pour trouver tous ces mots? j aimerais écrire des poésies mais je ne peux "aligner" 3 mots a la suite alors j abandonne chaque fois avec regrets,peut etre qu un jour...;mais vous continuez encore de nous faire réver......!
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
Laisser parler son coeur qui détient bien des clés de coffres forts ! Amical salut !
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
merci pour votre conseil,je vais essayer d écrire quelques lignes mais c est pas gagné...bonne journée a vous
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme