Signaler

Qui peut me dire l'origine de l'expression ''le quart d'heure de Rabelais'' [Résolu]

Posez votre question Anonyme - Dernière réponse le 24 août 2013 à 18:37 par Charles Clessens
qui peut me dire l'origine de l'expression ''le quart d'heure de Rabelais''
Afficher la suite 
Utile
+3
plus moins
Quart d'heure de Rabelais Dictionnaire universel français et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, 1743-1752, 7 vol. "Mauvais momens à passer semblables à ceux où se trouvoit Rabelais, quand il falloit compter dans les hôtelleries, & qu'il n'avoit pas de quoi payer sa dépense. Voyez à la fin des particularités de sa vie, au devant de ses oeuvres, le plaisant stratagême dont il s'avisa un jour à Lion, pour se faire conduire de-là à Paris, sans qu'il lui en coutât rien, n'ayant plus du tout d'argent pour achever son voyage. Après avoir payé certaine somme une fois pour tout, on est exempt de ce désagréable Quart d'heure de Rabelais, & on a le plaisir de sortir du cabaret sans compter avec l'hôte." L'idée de la mort nous annonce un quart d'heure, qui est pour tout le monde le Quart d'heure de Rabelais. Le Petit Pere André de retour de l'autre monde. 1716. p. 12. Remarques : le stratagème dont il est question est celui-ci : Rabelais, pour pouvoir quitter la ville de Lyon gratuitement sans avoir à payer les sommes dues à son aubergiste, mis deux paquets en évidence dans sa chambre avec les inscriptions "poison pour le roi" "poison pour la reine". L'aubergiste alerta donc la maréchaussée qui reconduisit Rabelais à Paris. François Ier, rit de cette plaisanterie faite par son ami, et lui pardonna en le relachant. A propos du Docteur Cottard, personnage de Un amour de Swann, Proust écrit : "Pour les locutions, il était insatiable de renseignements, car, leur supposant parfois un sens plus précis qu'elles n'ont, il eût désiré savoir ce qu'on voulait dire exactement par celles qu'il entendait le plus souvent employer : la beauté du diable, du sang bleu, une vie de bâtons de chaise, , le quart d'heure de Rabelais, être le prince des élégances, donner carte blanche, être réduit à quia, etc., et dans quels cas déterminés il pouvait à son tour les faire figurer dans ses propos." Si on date de 1913 la publication de Un amour de Swann, on notera que Jules Verne à écrit en 1848 une comédie en vers intitulée Le quart d'heure de Rabelais.
Cette réponse vous a-t-elle aidé ?  
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
Bravo au camarade qui a trouvé la réponse sur internet . Puisqu'on est dans la notion de quart d'heure , j'en connais trois : - " passer un sale quart d'heure," même si l'épisode douloureux ne dure que 5 minutes . - " Avoir le quart d'heure colonial " , c'est à dire être pris d'un coup de folie comme celui qui aurait récupéré le paludisme et ses accès de fièvre violents mais brefs. - " le quart d'heure tourangeau " qui consiste à arriver systématiquement à une réunion avec 1 quart d'heure de retard . Je sais, c'est hors sujet, mais c'est pour faire avancer le chimili, le chimili mili, le schmilblic.
x- 8 août 2012 à 19:31
"avoir le quart d'heure colonial" a le même sens que le quart d'heure tourangeau, charentais, perigourdin, etc... En fait dans nos campagnes, arriver à l'heure ne se fait pas, car c'est impoli et on risque de déranger les gens chez qui on est reçu. le "quart d'heure colonial" est donc dans le même sens que ses frères et soeurs français.
Répondre
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
et le "quart d'heure américain" alors ? Vos années Boum sont-elles si loin que ça ? ;-) Très sympa cette question, ça m'a ramenée quelques années en arrière avec ma prof de français préférée :-)
Donnez votre avis
Utile
+0
plus moins
A ne pas confondre avec le quart d'heure universitaire, moment ou on interprète et régurgite des aneries transmises par des perroquets diplomés surpayés.
Donnez votre avis
Utile
+1
plus moins
N'y a-t-il point confusion avec le quart colonial?
Ce n'est ni l'heure de la sieste dans un pays sous développé, ni un instrument de mesure adapté à ces pays, et encore moins un gobelet destiné à mesurer le degré d'alcoolisme de nos fonctionnaires coloniaux, tous hommes de gauche et empreints de la mission sacrée que la république leur avait confié: faire des naturels de parfaits français couverts des connaissances, que nos enseignants leur transmettaient, dans un monde qui en était encore à l'âge du fer.
En fait l'expression a 167 ans.
Elle prend naissance plus loin, dans le double salaire que Richelieu avait instauré pour les officiers de marine. A l'époque ces officiers étaient des courtisans qui avaient le mal de mer dès qu'ils grimpaient dans une barque.
Ils touchaient donc la solde normale de l'armée plus un prime de mer lorsqu'ils embarquaient sur un navire qui s'éloignait des côtes.
C'est à partir de 1827 que l'affaire prend une autre tournure. Après le coup d'éventail donné par le Dey d'Alger au Consul de France, le gouvernement décide d'instaurer un blocus maritime, et c'est alors que les officiers de l'Armée de terre se sont aperçus de cette anomalie. le blocus était inexistant, mais les primes rééelles. Nos braves marins étaient incapables de bombarder Alger, top bien défendus pas une série de forts construits par les Anglais, les Suédois, et armés de canons forgés dans la fonderie de canons offerte par le France. Un de ces navires, venu en parlementaire avait même été méchamment cannoné par le fort Bab-Azoun.
Donc, lors de l'expédition d'Alger, en 1830, les officiers de l'Armée de terre ont réclamé et obtenu une prime égale à 25 %, la même que celle de la marine.
C'est semble-t-il cette proime de cette prime, étendue aux simples soldats, ce qui explique la volonté de nos militaires de s'accrocher à ce pays. En vérité la vie y était dangereuse, et les factionnaires qui montaient la garde sur les remparts y recevaient systématiquement des coups de fusil. quant à se promener dans la campagne alentours, c'était l'assurance de voir tôt ou tard sa tête ccrochée à la tente de celui qui vous avait égorgé puis décapité. Il y avait aussi la forte mortalité due en premier lieu à la dysentrie (aujourd'hui on parlerait plutôt de tourista), qui tuait 10 % des nouveaux arrivants. Rajoutons y le paludisme endémique, et nous verrons que la prime, vite appelée quart colonial, était une maigre compensation du risque encouru.
Ce quart colonial fut étendu en 1845 à l'ensemble des fonctionnires métropolitains, et à leur usage exclusif.
Ce quart colonial était en fait variable.
Il se montait à 25 % pour l'Algérie (dépendance du Ministère de la Guerre, puis du Ministère de l'Intérieur), à 30 % pour la Tunisie et le Maroc (Ministère des Affaires étrangères), à 40 % pour les possessions des Antilles et la réunion (Ministère de la Marine, puis Ministère des Colonies), à 97 % pour la Nouvelle Calédonie, à 103 % pour la Polynésie, et enfin de 135 à 150 % pour les colonies d'Afrique Noire.
Depuis les années 70, les ressortissants de nos départements et Territoires d'Outre-Mer ont droit aux 40 % qui étaient réservés auparavent aux seuls métropolitains. Ils la perçoivent également en France, lorsqu'ils ont été recrutés dans leur département de naissance.
Voilà donc ce qu'est le Quart Colonial.
Donnez votre avis
Utile
+1
plus moins
François Rabelais, médecin, prêtre et écrivain de
la Renaissance, ne laissa pas son siècle indifférent.
Son humour, ses appétits de bon vivant et ses critiques
acérées lui attirèrent souvent les foudres des puissants
dont il s'échappa par d'agiles pirouettes et grâce à une
intelligence hors du commun.

Il se trouva un jour à Lyon, sans plus un sou et souhaitant
rentrer chez lui à Paris.
Comment faire ?
Lui vint alors une idée surprenante.
Il "emprunta" plusieurs petits sachets à son logeur et les
remplit de sucre.
Ensuite, sur chacun des sachets, il écrivit :
"Poison pour le Roi".
Volontairement, il laissa les sachets en évidence dans sa
chambre et le résultat ne se fit pas attendre.
Il fut dénoncé et des gens d'arme vinrent l'arrêter afin
de le conduire à Paris pour qu'il soit jugé. L'aubergiste
n'oublia pas de leur remettre sa note, dans l'espoir de
recouvrer sa créance un jour ou l'autre.

On avertit le Roi François 1° que Rabelais voulait
l'empoisonner. Puis, dans les heures qui suivirent, on
découvrit la supercherie.
Convoqué par le Roi pour s'expliquer, Rabelais lui
expliqua sa situation et sa ruse. Le Roi rit tellement de
cette histoire qu'il accepta de bonne grâce de régler la
note de l'aubergiste de Lyon.

Ainsi serait née l'expression "Le Quart d'Heure de Rabelais",
instant délicat du règlement d'une dette alors que l'on se
trouve sans argent.
Donnez votre avis

Les membres obtiennent plus de réponses que les utilisateurs anonymes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir un suivi détaillé de vos demandes.

Le fait d'être membre vous permet d'avoir des options supplémentaires.

Vous n'êtes pas encore membre ?

inscrivez-vous, c'est gratuit et ça prend moins d'une minute !