Chanson du Pays d'Artois

-
De notre ami, Marcel Legay

Enfant à l'âme inasservie,
Jadis entrainé loin de toi,
Sol natal je revois ma vie
Près d'un berceau sous l'humble toit;
Et dans mes soirs de rêverie
S'en va vers dans mon coeur attristé
L'écho de tes berges fleuries
Et mon hiver est un été.


Refrain:

Ecoute, Ô mon coeur, écoute la harpe
Du vent de chez nous, du pays d'Artois.
C'est un très vieux air des bords de la Scarpe
Qui chante aujourd'hui tout comme autrefois.

Devenu plus grand, c'est la terre,
Terre d'Artois au sol fécond,
Qui consola ma peine amère
Avec ce refrain vagabond;
Et mes yeux aux clartés de cierges,
Parmi l'herbe où j'allais m'asseoir,
Voyaient errer de pâles vierges
Dans les ombres vagues du soir.

Cependant renaît comme un songe,
Tout au fond de mon souvenir,
Sans l'illusion du mensonge,
Un printemps qui ne peut finir;
Et le labeur des belles filles
Qui s'en vont aux jours des moissons
Fauciller le pain des familles
S'achève au vol de tes chansons.
Afficher la suite 

Votre réponse

5 réponses

0
Merci
je ne sais quoi répondre, j'en ai la larme à l'oeil !!!
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
Je découvre l' oeuvre intégrale , mais comment faire partager l' air qui accompagne les paroles ?
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
Nous dirons mon cher Antoine, que la Scarpe a le coeur large et qu'elle berce en son coeur les amis de Tourcoing. Bien à toi et merci pour Marcel Legay
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
Voir sur Google les partitions qui peuvent accompagner ce texte, ma chère Cathy!!!
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme
0
Merci
j'imagine le texte sur l'harmonie de la harpe, cordes pincées et profondeur de la voix sur la mélancolie d'un frison envoyé légèrement par le soufle du vent !
Commenter la réponse de Utilisateur anonyme